Se réconcilier avec soi-même pour arrêter de s’auto-dévaloriser, s’auto-juger [Vidéo]



Avant de voir comment arrêter de s’auto-dévaloriser et de s’auto-juger, comprenons-en d’abord les causes. Nous avons fait trois constats principaux face à  notre auto-dévalorisation et à notre auto-jugement quotidien.

Le premier constat est que nous avons des besoins ou des attentes parfois inconscientes, comme celle d’être valorisé, d’être aimé, d’être reconnu pour ce que nous faisons ou ce que nous sommes, d’être important aux yeux des autres, de nous distinguer, d’être digne d’intérêt ou être mieux que les autres.
Et ces besoins, ces attentes non formulées nous amènent à certaines conséquences comme la comparaison. Nous nous comparons aux autres. Nous avons soit tendance à glorifier les autres et à nous dévaloriser soit à rabaisser les autres pour gonfler un peu notre estime de nous-mêmes.

Le deuxième constat est qu’il y a un différentiel fort entre le rêve et la réalité, c’est-à-dire entre le rêve que j’ai : “d’être la personne que je souhaite être” et la réalité de “la personne que je suis maintenant”. Plus il y a de différentiel entre notre objectif idéalisé (ou notre rêve presque inaccessible) et notre réalité avec nos propres limites, plus il y a de stress et de souffrance à l’intérieur de nous-mêmes.

Le troisième constat est une difficulté à prendre notre responsabilité. C’est-à-dire que nous avons l’habitude d’accuser les autres, souvent nous pensons et croyons que c’est à cause de l’autre si nous échouons ou s’il y a un problème. Et plus nous accusons les autres et plus nous entrons dans le cercle vicieux des conflits qui de toutes façons vont s’auto-nourrir les uns les autres.

 

Comment se manifeste le cercle vicieux de l’auto jugement, l’auto dévalorisation ?

 

Tout d’abord il se manifeste par des sentiments et des sensations généralement de doute, de culpabilité, de honte, de dureté envers soi-même, de colère, d’apathie voire même de détestation de soi-même.

Et en même temps, comme nous l’avons déjà vu avant, il entraîne la comparaison. Nous nous comparons sans cesse :

  • aux autres,
  • à ce que nous montre la société comme modèle,
  • à ce qu’il faut atteindre et
  • à ce que nous, nous souhaitons atteindre.

Ce mode de comparaison va au final nous apporter une douleur morale assez importante et un mal-être intérieur.

 

Il y a également une autre manifestation de ce cercle vicieux, c’est le rejet et le refus de notre vulnérabilité. Nous mettons vraiment notre vulnérabilité de côté car à l’intérieur de nous-mêmes nous la voyons comme de la sensibilité, voire même plus, comme de la faiblesse ! En prenant la vulnérabilité pour de la faiblesse, alors que ce sont deux choses complètement différentes, nous entrons dans un rejet de nous-mêmes.

 

Ce rejet nous amène à être notre propre juge le plus sévère qu’il soit. Nos parties de nous ou notre ego juge l’être que nous sommes au lieu de juger ce que nous faisons, nos actes. Nos parties sont incapables de faire la différence entre ce que nous faisons et ce que nous sommes, notre être profond. Donc nous jugeons l’ensemble de notre être en faisant une généralisation, par exemple en disant que nous sommes nuls, que nous sommes pas assez doué pour ceci, que nous sommes moches etc.

 

Ce cercle vicieux nous amène à faire bonne figure, car dans notre société occidentale nous avons une contrainte forte : celle d’être toujours avec le sourire même si tout va mal à l’intérieur de nous, celle qui nous oblige à faire comme si de rien n’était, comme si tout allait bien. C’est ainsi que nous allons prendre sur nous notre souffrance émotionnelle en serrant les dents et en gardant la tête haute comme si nous allions bien.
Nous mettons le masque : “je vais bien, je ne suis pas souffrant(e)”.

Voyons maintenant comment arrêter ce cercle vicieux d’auto jugement et d’auto dévalorisation.

 

L’auto compassion et réconciliation avec soi-même.

 

Commençons par nous donner de la compassion. L’auto compassion pour se réconcilier avec soi-même comment faire ?

Nous avons détaillé 7 étapes :

1/ Cessez d’attendre des autres qu’ils comblent nos manques et surtout vis-à-vis des besoins d’acceptation, de valorisation, de reconnaissance et de notre besoin d’amour.

 

2/ Prendre conscience de notre responsabilité pour combler par nous-mêmes nos besoins et nos manques. Nous allons donc rechercher nos ressources en nous-mêmes afin de combler nos propres besoins. Quand nous attendons d’être accepter et valoriser par les autres, commençons par nous accepter et nous valoriser nous-mêmes, etc.

 

3/ Sortir de la dépendance aux autres pour aller vers l’autonomie. Pour cela les deux premières étapes sont nécessaire afin de devenir vraiment autonome vis-à-vis de nous-mêmes et vis-à-vis de nos besoins.

Pour plus de détails sur la dépendance affective : les 7 signes de dépendance affective en couple et comment sortir de la dépendance affective en 5 étapes. Pour nous y aider nous avons besoin de la quatrième étape.

 

4/ Prendre du temps pour nous-mêmes. Le but ici étant de nous recentrer sur nous-mêmes, pour nous ancrer et être présent à nous. Nous pouvons déjà commencer par ressentir quels sont nos besoins et nos attentes pour pouvoir agir en conséquence et les nourrir nous-mêmes.

 

5/ Aller à la rencontre des parties de nous-mêmes qui ont des croyances fortes et limitantes. La plupart de nos croyances fortes sont issues de notre enfance. Ce n’est pas obligatoirement le cas mais souvent c’est bien notre histoire d’enfant, notre conditionnement, les lieux et les façons de vivre de nos parents qui ont pu conditionner certaines de nos croyances aujourd’hui fortement ancrées en nous.

Il y a 5 principales conditionnement-croyances.

La première peut nous dire : “tu dois être fort quoi qu’il arrive”.

La deuxième : “tu dois être parfait et faire les choses à la perfection”.

La troisième peut-être nous dire : “dépêche-toi, car le temps est trop court et tu manques constamment de temps”.

Une quatrième peut dire : “tu dois faire des efforts quoi qu’il en coûte dans la vie, car la vie ne vaut que si nous faisons des efforts”, “nous arrivons au résultat qu’en fournissant des efforts”.

La cinquième est : “je dois faire plaisir aux autres et je dois faire passer les autres avant moi-même”.

Voici les cinq principales croyances que nous retrouvons chez chacun des êtres humains.
Et vis-à-vis de ce sujet nous vous renvoyons vers les articles que nous avons écrit sur :
comment se forment nos croyances et comment nos enfants intérieurs parlent à notre place.

 

6/ Reconnaître notre vulnérabilité, notre imperfection ainsi que nos limitations. Une fois que nous aurons reconnu ceci, une fois que nous aurons validé le fait que : oui, nous ne sommes pas parfait comme nous le voudrions, nous sommes vulnérables, nous avons des points où nous sommes moins fort et c’est comme ça maintenant, alors nous allons entrer dans une compassion envers nous-mêmes.

 

7/ L’auto compassion.

C’est d’abord prendre conscience de notre souffrance intérieure, ou de nos difficultés intérieures. Cela n’est pas évident à faire car c’est accepter que nous souffrons à l’intérieur de nous. En acceptant notre souffrance et en en prenant toute la mesure nous acceptons de nous laisser toucher par nous-mêmes. C’est à partir de ce moment là que notre cœur va commencer à s’ouvrir à nous-mêmes. Là est le début de la manifestation de l’auto compassion, quand nous ressentons notre cœur s’ouvrir et manifestons de l’amour pour nous-mêmes.

Ensuite, nous allons pouvoir nous accueillir et nous accepter tel que nous sommes, car nous faisons du mieux que nous pouvons en toute circonstance.

Enfin, nous allons nous offrir de la douceur et de la bienveillance, c’est-à-dire nous accepter mais pas n’importe comment. Nous allons nous ouvrir à nous avec bienveillance, donc bien veiller sur nous avec tout l’amour que nous pouvons nous offrir et tout notre acceptation que nous pouvons nous donner vis-à-vis de qui nous sommes et de comment nous fonctionnons.

 

L’auto compassion, en résumé.

 

L’auto compassion permet de se donner à soi-même ce dont on a besoin tel le parent idéal pour soi. Ainsi, nous devenons notre meilleur parent pour nous-mêmes.

 

L’auto compassion, c’est commencer à s’aimer soi-même, apprendre à se connaître et à se reconnaître chaque jour en continuant de se fournir cet amour bienveillant.

 

C’est passer de la rigidité à la souplesse, de la dureté à la douceur, du conflit ou de la lutte intérieure vers une paix intérieure, de passer de la résistance à l’acceptation. C’est ce qui nous permet de ne plus rester dans une immobilité, en tournant en rond dans nos jugements et nos dévalorisations, pour aller vers une démarche de progression, d’avancement et de rencontre vis à vis de nous-mêmes, ce qui peut durer toute notre vie.

 

Nous espérons que cet article vous aura apporté des réponses et des graines d’amour pour vous et votre couple.

 

Aurelie & Vincent

Vos coachs et thérapeutes en développement personnel qui vous accompagne à vous réconcilier avec vous-mêmes.

 

Partagez vos expériences dans les commentaires.

Si vous avez aimé, cliquez sur Partager !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube.


A propos de Aurélie & Vincent

Nous sommes passionnés de développement personnel, de communication, de psychologie, de sexualité et de sensualité. Nous souhaitons transmettre aux couples tout le potentiel qu'ils ont de se développer ensemble. Pour cela nous mobilisons tous nos savoirs, savoir-faire et savoir-être de coachs et de thérapeutes pour contribuer à faciliter la vie de couple au quotidien.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Se réconcilier avec soi-même pour arrêter de s’auto-dévaloriser, s’auto-juger [Vidéo]