Comment mettre en pratique le slow sex ?


Slow Sex pratique - http://mon-couple-et-moi.com

 

Cet article fait suite à celui sur Le slow sex : le couple dans toutes ses extases.
Maintenant que vous en savez un peu plus sur ce qu’est le slow sex, nous souhaitons vous transmettre une mise en pratique simple et accessible à tous, pour en découvrir toute la subtilité et l’essence.

 

Les préparations.

Avant toute mise en pratique, une petite préparation est nécessaire pour réunir toutes les conditions idéales.

Tout d’abord, nous prendrons soin de notre chambre, nous la rangeons et y mettons une ambiance qui convienne à tous les deux. De notre côté, nous allumons une ou deux bougies, nous veillons à ce qu’il y fasse chaud.
Ensuite, prenons soin de notre corps pour qu’il soit attirant pour notre partenaire, l’idéal étant de prendre une douche. Enfin, pour ne pas nous mettre de pression, prévoyons du temps ! Et oui, c’est du slow sex ! Alors, prévoir 2 heures n’est pas de trop pour avoir l’esprit tranquille. Pas toujours facile de trouver du temps avec nos agendas surchargés, alors pour nous y aider : coupons la télé, les téléphones et tous les écrans possibles et remettons à demain les tâches non urgentes.

 

L’intention du slow sex.

L’intention du slow sex est d’être dans une connexion en pleine présence de l’un et de l’autre pour accéder à une rencontre d’être à être.

Pour ce faire, notre première intention est d’avoir 0% d’attentes, c’est à dire :

  • aucune attente de performance (d’érection, d’orgasme et d’éjaculation),
  • aucune obligation d’orgasme ; si cela vient c’est ok, si cela ne vient pas c’est ok aussi,
  • aucune stratégie, réflexion ou même pensée.

Il se peut que les premières fois cela ne soit pas facile à réaliser parce que nous avons l’envie de bien faire qui est présente.

Notre deuxième intention est de nous reliés à 100% à nos sensations, comme le toucher, la vue, les sons, les odeurs et le goût. Ainsi nous allons porter toute notre attention sur l’entièreté de nos sensations, ce qui va nous éviter de repartir dans nos pensées ou réflexions. Pour nous aider, nous pouvons également être au contact de notre respiration.

Notre troisième intention est de laisser venir les émotions telles qu’elles viennent. Que nous ayons envie de rire ou de pleurer, donnons nous la permission de les vivre pleinement.

En définitive, le slow sex est une méthode qui vise à ne plus en être une et à ne plus en avoir dans vos rencontres sexuelles futures.

 

Le slow sex : une sexualité sensuelle.

Nous avons la fâcheuse tendance en sensualité et en sexualité à donner à notre partenaire ce que nous aimerions recevoir. Or, notre chéri(e) n’a pas le même sexe et n’a pas les mêmes besoins que nous pour entrer dans la sexualité.

En effet, si nous sommes un homme, nous avons deux grands besoins :

  • celui de sentir de la reconnaissance envers notre sexe et notre désir sexuel pour pouvoir être dans la rencontre de cœur à cœur.
  • celui d’être valorisé et reconnu pour ce que nous faisons de plaisant envers notre partenaire.

Si nous sommes une femme, nous avons généralement besoin :

  • de temps pour être découverte du cuir chevelu en passant par nos fesses jusqu’au bout des pieds que ce soit par des caresses sensuelles, des baisers…
  • d’être entièrement reconnue avec amour avant d’aller à notre sexe.

 

La mise en pratique : entre simplicité et lenteur.

La première étape qui semble évidente c’est que nous soyons tous les deux nus. Donc pas de sous-vêtement, dentelle ou autre, simplement la beauté de nos corps. Pour cela, il est nécessaire de veiller à ce que notre pièce, notre chambre, soit assez chaude.

Nous pouvons ensuite nous allongé l’un contre l’autre, la femme avec la tête sur l’épaule de l’homme, se dernier l’enlaçant de ses bras.

 

Dans un second temps c’est de nous centrer individuellement sur notre respiration, pour faciliter :

• l’apaisement si nous avons un peu de stress avant la rencontre

• la détente du corps et des émotions

La respiration est un outil clé pour être au contact de nous-même puis de notre partenaire. Si nous le désirons, nous pouvons aussi pratiquer la synchronisation de la respiration, c’est à dire inspirer et expirer dans un même mouvement.

 

Une autre clé essentielle à une belle rencontre c’est le regard. Certains disent que c’est la porte ou le miroir de l’âme. Comme pour la respiration nous pouvons dans un premier temps favoriser un regard intérieur en fermant les yeux et en étant au contact de notre respiration. Puis lorsque nous le sentons, nous pouvons ouvrir les yeux tout doucement et nous mettre en connexion à l’autre grâce au regard.
Il n’y a rien à voir, chercher ou attendre de cette connexion. Nous devons nous connecter par un regard qui accueille et reçoit et non pas par un regard qui émet un quelconque message.

 

Une fois que nous avons pris ce temps pour entrer dans une authentique connexion, nous pouvons commencer à exprimer notre sensualité. Si nous sommes un homme, nous veillerons à être dans la reconnaissance globale et intégrale du corps de notre partenaire, en nous défocalisant du sexe et des seins de notre partenaire. Si nous sommes une femme, nous prendrons conscience que notre homme s’ouvre par son sexe, et ainsi nous serons bienveillante et attentionnée à son sexe avant le reste du corps.

 

Nos deux corps peuvent se mêler et s’exprimer par des caresses, des baisers, des souffles, des appuis, des léchages, des mordillages, des griffures (légères !). C’est laisser à nos corps leur liberté d’être vivants et de communiquer comme ils le souhaitent.
Quoiqu’il en soit l’important ici, à cette étape, est de sortir des pensées, nous en détacher pour être dans la présence de notre ressenti.

 

Pour maintenir cette attention à notre ressenti, nous pouvons naviguer entre lenteur et immobilité. En effet, il peut arriver que nous oublions de faire des pauses pendant la rencontre sexuelle. Nous pouvons arrêter de faire, pour simplement déguster le moment présent, à travers toutes les sensations qui s’offrent à nous dans l’immobilité. L’immobilité permet à nos corps de vivre les ondes de plaisir à leurs rythmes (nous parlerons de ces ondes et tremblements dans un prochain article).

Rappelons-nous que nous avons le temps, aucun objectif et aucune étape à franchir, juste un moment unique à vivre.

 

Quand le moment se présente, c’est à dire quand nos corps, et non notre tête, en ressentent l’envie, nous pouvons nous mettre dans une position confortable afin que nos sexes puissent être en contact, tout en maintenant le contact visuel avec notre partenaire. Des sexes en contact ne signifie pas pénétration, cela signifie juste un contact. Ce moment est un cadeau que nous nous faisons, d’être dans une simple intention de rencontre, de contact et de nous en réjouir. Nous pouvons vivre de l’apaisement, de la félicité ou encore de la réjouissance pendant un instant tel que celui-ci. Nos corps n’ont aucune obligation et ils adorent cela.

 

Si nous sommes une femme et que nous ressentons l’envie d’accueillir le sexe de notre partenaire en nous, nous pouvons lui en faire la demande, tout en gardant à l’esprit qu’il n’y a aucune obligation. Ressentir le sexe de notre partenaire peut nous aider à mieux ressentir le nôtre.
Si nous sommes un homme, nous pouvons accepter ou refuser. Il n’y a pas d’obligation, ni de déception à avoir ici, car le plus important c’est d’être au contact de notre ressenti. C’est rencontrer notre partenaire d’une autre façon que celles que nous connaissions jusqu’à présent. Si notre partenaire nous demande de la pénétrer, que nous en avons envie et que notre sexe n’est pas en érection nous pouvons alors découvrir les joies d’une pénétration dite molle. S’il y a besoin, un peu de salive à l’entrée de la vulve de votre partenaire sera suffisante pour accueillir votre pénis.

 

Notre première pénétration se doit d’être douce, lente et dans un premier temps superficielle, c’est-à-dire de l’équivalent du gland.
Pour certains hommes, un simple contact en immobilité dans cette position peut amener à l’éjaculation. Il est possible grâce à la respiration et quelques exercices de ne pas se laisser submerger (cf Fitness’ Penis : maîtriser votre éjaculation en 12 min/j). Attention, nous ne prônons pas la non-éjaculation, nous proposons simplement aux hommes d’avoir le choix en faisant équipe avec leur corps, pour que ce ne soit pas simplement un réflexe.

Ici dans le slow sex, tout est possible, il n’y a pas de pression à avoir, car pas de performance à valider mais juste notre amour à honorer par le corps. Ainsi s’il y a pénétration, nous le répétons, elle doit être ultra-lente et au rythme féminin : c’est la femme qui décide d’aller plus loin ou non.

 

Nous rappelons ici, notre côté impulsif et animal pouvant reprendre le dessus, que notre intention est bien de vivre les sensations présentes tout en gardant cette énergie de lenteur pour être totalement présent.

Dans le cas, où nous sommes en pénétration, nos corps peuvent avoir envie de changer de position durant leurs danses. Si tel est le cas, nous veillerons à maintenir les contacts et les connexions, sexuels-visuels-sensitifs, pendant nos changements, afin de garder une conscience globale de ce qui se passe au niveau du corps.

Enfin, rappelons nous, il n’y a pas de durée, pas de ligne d’arrivée, pas de but à atteindre ni d’objectif à réaliser. La destination est le chemin.

 

ET VOUS ?

Dites -nous dans les commentaires ce que vous avez pensé de cet article et partagez le sur vos réseaux sociaux préférés !

 

credit photo : Drobot Dean

 


A propos de Aurélie & Vincent

Nous sommes passionnés de développement personnel, de communication, de psychologie, de sexualité et de sensualité. Nous souhaitons transmettre aux couples tout le potentiel qu'ils ont de se développer ensemble. Pour cela nous mobilisons tous nos savoirs, savoir-faire et savoir-être de coachs et de thérapeutes pour contribuer à faciliter la vie de couple au quotidien.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *