Archive

Category Archives for "Sensualité & Sexualité"

Le rôle de l’auto-sexualité dans le plaisir sexuel en couple.

Auto-sexualité - http://mon-couple-et-moi.com

Dans un précédent article nous avons abordé le rôle crucial de la respiration dans les rapports sexuels entre notre partenaire et nous : Les techniques de respiration pour faire l’amour de façon divine ?.
Elle est aussi prépondérante dans notre capacité à mieux connaître notre corps.
Apprendre ces techniques de respirations nous permet d’aborder l’auto-sexualité avec tranquillité. Mais au fait, c’est quoi l’auto-sexualité ? Y a-t-il une différence avec la masturbation ? Et en quoi est-elle importante pour développer un plaisir sexuel en couple plus intense et profond ?

 

Qu’est-ce que l’auto-sexualité ?

Que nous soyons un homme ou une femme, l’auto-sexualité joue un rôle majeur dans la construction de notre représentation de notre corps, mais aussi de la construction de notre sexualité et par extension de notre libido.

L’auto-sexualité existe depuis notre jeune âge, et même si nous ne nous en souvenons pas elle peut nous permettre de ressentir des plaisirs charnels intenses comme des orgasmes. C’est bien évidemment plus vrai pour les garçons que pour les filles, car dès le départ les filles ont besoin de plus de temps pour vivre un orgasme que les garçons. Il est aussi à noter, que d’après les observations cliniques, les garçons ont bien des orgasmes même petit, mais sans éjaculation (car le sperme n’est pas encore produit). Cependant, il est intéressant de savoir qu’un orgasme chez un garçon ne nécessite pas l’éjaculation de semence.

Ainsi, notre auto-sexualité existe depuis que nous sommes nés, participant ainsi au développement de la connaissance du fonctionnement de notre corps et des plaisirs que nous pouvons ressentir à travers lui.

Quelle différence entre auto-sexualité et masturbation ?

Elle est majeure ne serait-ce que par l’origine des mots et ce qu’ils véhiculent comme informations.
Il est nécessaire de savoir que la masturbation et tout ce qui touche à la sexualité en solo ont lourdement été condamnés du 18° au 20° siècle notamment pour des raisons religieuses, de morales et enfin médicales ; tout ceci étant largement lié.

La masturbation est un mot employé pour la première fois par Michel de Montaigne et à pour origine le mot manustupration de manus (la main) et stupratio (souiller). Nous voyons déjà la vision de l’époque de l’auteur : se souiller par une action de la main ou alors se donner un plaisir honteux. Il existe même des hypothèses comme quoi le terme propre masturbation viendrait du grec-ancien se rapprochant du terme de « prostituer« .

L’auto-sexualité quant à elle ne porte pas dans son étymologie cette énergie de culpabilité et de honte face à une pratique non seulement naturelle, mais surtout essentielle à notre épanouissement personnel en couple.

Il est possible aussi de parler :

  • d‘auto-érotisme : toutes les activités qui contribuent à faire émerger le désir et le plaisir, différent de l’allo-érotisme c’est à dire un érotisme tourné vers les autres.
  • d’auto-sensualité : liée à une attention à soi par les sens sans objectif de sexualité.

 

L’auto-sexualité : vers notre autonomie sexuelle

L’autonomie sexuelle est une dimension importante de l’auto-sexualité. Cette dernière permet de ne plus faire porter la responsabilité de notre désir et de notre plaisir sur notre partenaire. Nous devenons ainsi responsable de ce que nous nous offrons au quotidien, de l’attention que nous portons à notre corps et du temps que nous lui accordons.

Nous avons vu dans l’article : Pourquoi le sexe est la meilleure activité physique de la rentrée ?, tout le bien-être qu’il y a à retirer d’une activité sexuelle régulière. Il est bien évident que toutes les hormones et les bienfaits libérés à deux peuvent se vivre aussi en solo. Seul c’est une évidente découverte de soi à notre rythme.

Cette autonomie sexuelle retrouvée permet paradoxalement d’améliorer l’intimité du couple et sa proximité en terme de découverte du plaisir de l’autre. Grâce à l’auto-sexualité, nous pouvons :

  • mieux guider notre partenaire sur ce que nous aimons,
  • être rassuré de connaître certaines sensations intenses déjà explorées avant que notre partenaire nous les procurent
  • avoir confiance en nous dans l’exploration que fait notre partenaire avec notre corps, de nouvelles propositions que seul(e) nous n’aurions pas pu faire.

Ainsi, l’auto-sexualité participe pleinement à notre confiance en nous-même, tant pour des sensations connues que pour découvrir des sensations inconnues. De même, elle participe à la joie d’honorer un moment d’amour ensemble.

 

L’auto-sexualité avec ou sans films pornographiques ?

Il est reconnu d’après les derniers sondages sur le sujet que les films pornographiques sont de plus en plus regardés par les femmes et toujours autant par les hommes.

Nous ne sommes pas là pour juger du bien fondé ou pas de la pornographie, nous souhaitons simplement mettre en avant que cette catégorie de films sont bien des films et que les acteurs et actrices réalisent des performances physiques avec leur corps. Ils et elles se préparent pour telles ou telles scènes, il y a du maquillage, des éclairages, des coupures, il peut même il y avoir un scénario ou un script.

L’objectif est d’attiser la pulsion de désir et de sexe dans le cerveau au travers d’images suggestives et non d’apporter les clefs d’une sexualité épanouie.

Ainsi, les images peuvent être utiles à certains d’entres-nous pour éveiller notre corps. Cependant, être avec une image dans notre tête, ce n’est pas être dans une sensation fine des messages de notre corps.

Que nous soyons un homme ou une femme, notre corps a besoin de temps :

  • l’homme est ouvert rapidement à son sexe mais a besoin de temps pour s’ouvrir à toutes les sensations subtiles de son corps qui vont contribuer aux diverses formes d’extases,
  • la femme est ouverte rapidement à son cœur et à tout son corps, les caresses lui sont importantes, mais elle a besoin de temps pour réchauffer son sexe et sentir le désir par ce dernier pour s’ouvrir elle aussi à diverses formes d’extases.

Ainsi, l’auto-sexualité permet de respecter des rythmes que ne permet pas la pornographie, dans laquelle la sensualité de monsieur est peu abordée et où madame est déjà ouverte et réchauffée au niveau de son désir sexuel. Nous sommes tous conscients que ce n’est pas toujours le cas dans notre vie quotidienne.

 

Pourquoi l’auto-sexualité est-elle encore taboue ?

L’auto-sexualité est encore taboue car elle est due à une croyance limitante que nous pouvons être nombreux à avoir : celle de croire que si notre partenaire s’offre du plaisir en solo, c’est qu’il/elle est insatisfait(e) de nos rencontres, voire que nous ne savons pas lui donner ce qu’il/elle souhaite.

Non, non, non et non, il est aujourd’hui temps de déconstruire cette croyance fausse de bout en bout pour les raisons citées plus haut de découverte de soi et de fait, pour mieux être avec l’autre.

Ce qui entretient encore plus cette croyance, c’est que ceux qui la pratiquent n’en parle pas ou peu à leur partenaire toujours à cause de cette fameuse honte et culpabilité que porte le mot connoté de masturbation.

Ainsi, si nous faisons le point :

  • ceux qui le font en ont honte et se sentent coupables,
  • ceux qui en ont peur ne comprennent pas et se sentent diminuer dans l’estime d’eux-même à procurer du plaisir à leur partenaire.

 

Comment partager notre auto-sexualité à notre chéri(e) pour enrichir notre intimité sexuelle ?

Voici donc une méthode simple pour en finir avec cette croyance qui peut créer de la souffrance dans votre couple :

  1. Prenez un moment pour parler et échanger à propos de l’auto-sexualité en couple. Vous mettez alors la lumière sur des moments de vos vies respectives, tout à fait respectables et saines. Ni vous, ni votre partenaire ne cherchant à vous blesser mais plutôt à améliorer la vie de votre couple.
  2. Avec sincérité, vous pouvez partager vos dernières découvertes en matière d’auto-sexualité sur vous et les transmettre à votre partenaire. Ainsi, il n’y a plus rien de caché et c’est un tremplin pour votre chéri(e) pour vous procurer encore plus de plaisir.
  3. Lors d’une de vos prochaines rencontres sexuelles, partagez et montrez comment vous aimez vous caresser, vous toucher. Montrez-vous dans le plaisir et dans le bien-être que vous avez à être avec vous même. Et oui c’est contagieux, si vous êtes à l’aise avec votre corps, il y a de fortes chances que l’autre le soit aussi avec le vôtre mais surtout avec le sien. Votre partenaire pourra ainsi voir ce qui vous donne du plaisir en « réel » et votre chéri(e) sera même touché(e) de ce geste de grande confiance que vous lui faites.

 

Cette méthode reste une proposition à adapter à chacun d’entres-vous, à chaque couple sa spécificité. L’objectif ici n’est pas de tout se dire, ceci est impossible, c’est simplement une invitation à donner plus de souplesse et de détente à des moments de notre intimité.

En un mot de conclusion, l’auto-sexualité est une des voies qui permet de faire de nous, un couple d’amants quotidien épanoui, serein et en toute confiance dans la nudité de nos corps et de nos sensations, créant ainsi un déploiement vertueux et lumineux de notre amour au travers de notre sexualité.

 

Aurelie & Vincent
Vos coachs en auto-sexualité consciente et épanouie pour améliorer votre vie de couple.

 

ET VOUS ?

Dites-nous dans les commentaires ce que vous avez pensé de cet article.

Si vous avez aimé, partagez-le sur facebook !

crédit photo : ojoimage4

Comment maîtriser notre éjaculation féminine lors de nos relations sexuelles ?

Maîtriser Ejaculation Féminine - http://mon-couple-et-moi.com/

 

Une fois que nous avons fait l’expérience surprise ou recherchée de notre éjaculation féminine (cf :  À la découverte de notre éjaculation féminine) et que nous en connaissons le mécanisme (cf : C’est quoi l’éjaculation féminine ?), en général nous souhaitons pouvoir maîtriser ce phénomène.
En effet, notre fontaine peut être embarrassante dans certains cas de figure (ex : dans la voiture ou tout autre lieu où nous ne souhaitons pas laisser de traces 😉 ). Quelqu’en soit la raison, pour être tout à fait à l’aise avec ce phénomène éjaculatoire, nous avons à apprendre à le maîtriser.

 

Comment maîtriser notre éjaculation féminine ?

Maîtrise de notre périnée

La première condition pour pouvoir maîtriser notre éjaculation (ou notre « squirt » en anglais) est la maîtrise de notre périnée. Et oui, plus notre périnée est tonique, plus il est efficace dans notre continence urinaire et donc notre continence éjaculatoire.

De plus, lorsque notre périnée est musclé, le gonflement de la zone G va être maintenu dans la gaine que forme le périnée, ce qui va entraîner le resserrement des parois de notre vagin pour notre plus grand plaisir.
En effet, le contact avec le pénis devient plus intense, nous procurant ainsi plus de sensations, plus de stimulation des zones érogènes comme le point G et donc plus de plaisir.

Lorsque notre périnée est assez puissant, nous pouvons expulser le pénis de notre partenaire en poussant lors de notre éjaculation. Tout comme nous pouvons l’attirer plus au fond de nous avec l’onde vaginale.

Donc, apprendre à muscler et détendre notre périnée est important pour pouvoir maîtriser notre éjaculation.
Pour voir les exercices du périnée cliquez dessus : les exercices faciles du périnée et les exercices avancés.

Connaissance de nos sensations corporelles

Plus nous expérimenterons le phénomène de notre éjaculation, plus nous connaîtrons nos sensations et donc les signes annonceurs.
En effet, nous n’avons pas appris à marcher en une seule fois mais en nous entraînant encore et encore. Il en est de même ici pour connaître toutes les subtilités de notre corps. Dans ce cas, nous ne craignons pas la chute mais l’inondation ! De plus, l’entraînement peut se faire en solo ou bien avec notre chéri et c’est plutôt plaisant comme expérience 😉

Nous pouvons d’abord nous entraîner en solo, lors de nos moments d’auto-sexualité, pour reconnaître les mouvements auxquels nous sommes sensibles, puis pour ressentir chacune de nos sensations, de nos montées et de nos détentes musculaires.

Ensuite, nous pouvons expérimenter nos sensations lorsque c’est notre partenaire qui nous stimule. Cela peut être plus difficile, car dans ce cas, nous ne savons pas à l’avance ce que va nous faire notre chéri, surtout s’il utilise ses doigts en même temps que sa langue ! Et de plus, n’étant pas dans l’action, nous sommes dans la réceptivité totale de ce qu’il se passe, ce qui augmente notre plaisir et notre excitation.
D’où l’importance de faire notre gym sexuelle (muscler notre périnée) et de nous aider de notre respiration pour maîtriser notre excitation et notre éjaculation.

Maîtrise de notre respiration

Comme nous l’avons vu dans cet article : Les techniques de respiration pour faire l’amour de façon divine ?, notre respiration a un rôle très important dans nos relations sexuelles. Elle permet la régulation de notre excitation et notre détente corporelle.

Ainsi nous utiliserons notre respiration profonde abdominale quand notre excitation sera telle que :
– nos muscles vaginaux se contractent d’eux-mêmes (ce qui peut provoquer l’éjaculation), ainsi que parfois nos fessiers, nos abdominaux, voire tout notre corps,
– notre respiration est coupée et saccadée,
– notre rythme cardiaque est élevé,
– nous sommes au bord de l’orgasme fontaine.

Notre profonde respiration aura pour effet de :
– ralentir notre rythme cardiaque et notre respiration,
détendre nos muscles contractés sans notre volonté,
reprendre le contrôle de nos muscles, notamment celui du périnée pour éviter d’éjaculer,
conserver notre excitation au maximum mais cette fois-ci dans la détente et non la contraction, afin de faire durer notre plaisir et de le diffuser dans tout notre corps,
– pouvoir gérer notre excitation au mieux pour pouvoir vivre plusieurs orgasmes.

D’ailleurs tous ces effets sont valables aussi pour les hommes !

Notre respiration est notre meilleure alliée pour maîtriser notre éjaculation et pour découvrir tous les délices de notre sexualité dans la détente.

Pour conclure

Nous rappelons que l’éjaculation féminine (et masculine d’ailleurs) est un phénomène que nous pouvons totalement maîtriser. C’est à nous d’explorer tous nos potentiels afin d’avoir le choix de vivre ou non l’éjaculation.

Car en matière de sexe il n’y a aucune obligation !
À chaque couple sa sexualité, le plus important est d’être à l’aise, de se sentir en confiance et de pouvoir s’immerger dans le plaisir avec bonheur.

 

Aurelie&Vincent
Vos coachs en sexualité consciente et épanouie pour améliorer votre vie de couple.

 

ET VOUS ?

Dites-nous dans les commentaires ce que vous avez pensé de cet article.

Si vous avez aimé, partagez-le sur facebook !

crédit photo : ojoimage4
Recherches utilisées pour trouver cet articlece quoi une éjaculation féminine?,comment eviter la frébilité feminine,comment maitriser une ejaculation,onde vaginale effer,télécharger une éjaculation feminine(vidéo)

À la découverte de notre éjaculation féminine

Découverte éjaculation féminine - http://mon-couple-et-moi.com

 

L’éjaculation féminine, survenant lors d’une relation sexuelle extatique ou lors d’un orgasme puissant, est un phénomène peu courant chez les femmes alors que les femmes fontaines symbolisent une sexualité épanouie et libérée de crainte.
Pourtant, nous avons toutes anatomiquement parlant les mêmes possibilités. Voir notre précédent article : C’est quoi l’éjaculation féminine ?
D’ailleurs, nous accédons facilement à notre éjaculation féminine, du moment que nous possédons les connaissances nécessaires et que nous adoptions une attitude ouverte et positive.
Alors pourquoi nous interdire d’explorer notre sexualité dans sa totalité ?

Cet article a pour vocation d’expliquer comment nous découvrir nous-même, en toute confiance dans notre intimité sexuelle afin d’enrichir notre sexualité et celle de notre vie de couple.
Nous rappelons que l’éjaculation féminine ou le squirt n’est pas un but à atteindre à chaque relation sexuelle et n’est pas obligatoire pour avoir du plaisir. Elle est juste à découvrir pour nous laisser le choix de la vivre ou non lors de nos rencontres sexuelles. A chacune de choisir sa liberté dans son propre respect.

 

Apprenons à en faire l’expérience par nous-même

Avant de commencer à en faire l’expérience, nous conseillons de lire l’article précédentC’est quoi l’éjaculation féminine ? pour avoir les connaissances physiologiques de base.

 

Comprendre le mécanisme physiologique

L’éjaculation féminine est l’émission d’un liquide peu coloré et peu odorant qui survient lors d’une stimulation intense de la zone G que ce soit avec les doigts ou avec le pénis de notre partenaire.

Rappelons-nous : sous l’effet d’une stimulation exquise, notre zone G (correspondant aux glandes de Skene) gonfle et se gorge de liquide nous donnant l’envie d’uriner. Cette sensation d’envie de faire pipi correspond à l’envie d’éjaculer ! C’est là que la plupart des femmes bloquent l’éjaculation par méconnaissance de ce phénomène et donc retiennent le liquide en contractant leurs muscles du périnée.
Cette sensation d’envie d’éjaculer s’apprivoise au fil du temps et finit par se maîtriser complètement pour nous permettre de nous abandonner à cet immense plaisir sans soucis et quand nous l’aurons décider.

 

Adopter une attitude ouverte et positive

Le plus important, avant de commencer, est d’avoir un esprit curieux avec une attitude ouverte et positive vis à vis de votre intimité sexuelle.
Si vous ne vous êtes jamais ou peu explorée sexuellement vous-même, commencez peut-être par approfondir les sensations lié au clitoris puis celles du point G afin d’accéder à une certaine maturité dans vos ressentis et à un lâcher-prise dans votre plaisir qui vous permettrons de découvrir plus facilement votre éjaculation féminine.

Si vous n’avez jamais fait l’expérience d’éjaculer, ce n’est pas un soucis, il y a toujours une première fois à toute expérience ! L’important est d’être détendue, curieuse de vos sensations et de vos plaisirs.

Cet instant de découverte est une expression d’amour envers vous-même pour vous faire du bien.
Faites-vous l’amour comme vous aimer ! 

 

Expérimenter en solo votre fontaine de plaisir

Commencez par trouver un lieu confortable et installez-y une alaise imperméable (entière ou que vous aurez découpé en deux, en enlevant le tour de tissu élastiqué qui permet de la maintenir au matelas) et par-dessus une serviette éponge plutôt épaisse et douce pour que ce soit agréable. Vous l’aurez compris nous protégeons les lieux. Mieux vaut prévenir que guérir ! Car vous pourrez éjaculer aussi bien une petite quantité qu’une beaucoup plus importante et cela plusieurs fois de suite si vous le souhaitez. Autre recommandation aussi : videz votre vessie avant de commencer.

Maintenant, installez-vous confortablement sur votre serviette, dans la position où vous êtes le plus à l’aise pour vous caresser et vous stimuler. Personnellement, je mets des gros coussins dans mon dos pour être en position semi-assise, semi-allongée, du moins pour le début. Ce moment n’est rien que pour vous alors faites-vous du bien !

Si vous avez envie de vous masser les seins ou de vous caresser le clitoris (voir : Comment stimuler le clitoris ?), faites-le car cela va augmenter la sensibilité de votre point G !
Lorsque vous êtes prêtes vous pouvez introduire votre index et/ou votre majeur humidifiés dans votre vagin légèrement recourbés vers le nombril.
Puis poursuivez en stimulant votre point G comme décrit dans cet article : Les meilleures techniques pour stimuler le point G. Lorsque vous vous stimulez, vous pouvez contracter votre périnée profond (voir : les exercices faciles du périnée et les exercices avancés) pendant quelques secondes ou minutes pour ressentir plus de sensations, puis relâchez vos muscles. L’important est de vous sentir à l’aise avec votre corps, de mettre toute votre attention sur vos sensations corporelles et de vous faire du bien. Ne pensez plus à rien, plongez dans vos sensations !

Lorsque l’excitation monte, vous ressentez votre plaisir et votre point G se gonfler sous vos doigts. À ce moment, pendant la stimulation du point G avec le mouvement du « viens-ici », vous allez sentir une envie d’uriner par à-coups, c’est votre envie d’éjaculer qui monte ! Alors continuer à vous donner du plaisir, caressez-vous où vous voulez et revenez stimuler votre point G. Votre niveau de plaisir et d’excitation doit monter au point que vous ayez envie de jouir. Votre respiration devient de plus en plus profonde, vous oubliez tout ce qui vous entoure, seules vos sensations comptent.

Continuez à stimuler votre point G, puis poussez comme si vous alliez uriner. Vous allez ressentir vos muscles du périnée poussés et s’approchés de l’entrée du vagin, cela va permettre le production de l’éjaculat mais aussi à avoir d’autres sensations parfois plus intenses en plaisir. Puis relâchez les muscles qui poussent. Recommencez plusieurs fois la stimulation suivie d’une poussée (comme pour uriner). Ressentez vos « montées » d’envie d’éjaculer.

Lorsque vous serez prête, stimulez votre point G, enlevez vos doigts et poussez pour éjaculer. Essayez plusieurs fois si cela n’arrive pas. Vous pouvez changer de position et faciliter l’éjaculation en vous mettant à genoux par exemple. Poursuivez jusqu’à l’éjaculation ou plusieurs éjaculations. Vous pourrez ainsi remarquer que ce n’a pas la couleur, ni l’odeur de l’urine !

Il est tout à fait possible d’éjaculer sans orgasme surtout les premières fois alors ne vous inquiétez pas si l’orgasme n’est pas au rendez-vous.
Ici, le plus important est de vous faire plaisir et d’aller à la découverte de vos potentiels féminins.

 

Pour conclure

L’éjaculation féminine n’est pas une fin en soi ou un but à atteindre lors d’une relation sexuelle.
Elle est une possibilité, très plaisante certes, dans votre sexualité.
Elle peut très bien arrivée avec les doigts ou avec le pénis de votre partenaire ou bien avec un sextoy. Elle peut être accompagnée d’un orgasme ou non. Elle ne signifie pas la fin de la relation sexuelle qui peut continuer après. Il est tout à fait possible d’éjaculer plusieurs fois de suite dès qu’il y a stimulation correcte du point G.

Dans tous les cas, à chacune d’écouter son corps, de se respecter dans son intimité et de faire de sa sexualité un moment de plaisir.

Nous verrons dans un prochain article comment maîtriser notre éjaculation féminine.

 

Aurelie&Vincent
Vos coachs en sexualité consciente et épanouie pour améliorer votre vie de couple.

 

ET VOUS ?

Dites-nous dans les commentaires ce que vous avez pensé de cet article.

Si vous avez aimé, partagez-le sur facebook !

crédit photo : weyo

 

Recherches utilisées pour trouver cet articleéjaculation féminine

C’est quoi l’éjaculation féminine ? Une histoire de plus de 2500 ans !

Ejaculation-Féminine-histoire- http://mon-couple-et-moi.com

L‘éjaculation féminine est l’objet d’interrogations et de fantasmes.
Sujet longtemps tabou et mystérieux, la femme fontaine était souvent honteuse, croyant avoir eu une incontinence urinaire. Aujourd’hui, démystification faite, la femme fontaine peut jouir totalement de son plaisir et se sentir épanouie sexuellement.
Mais qu’est ce que l’éjaculation féminine ou le « squirt » en anglais ?
Est-ce un phénomène nouveau ? Pouvons-nous maîtriser l’éjaculation féminine ?

 

Qu’est ce que l’éjaculation féminine ?

L’éjaculation féminine est l’émission d’un liquide qui survient lors d’une stimulation intense de la zone G ou lors d’un orgasme. Cet éjaculat féminin provient de deux sources :

  • La première source provient de la prostate féminine (les glandes de Skene) sous la forme d’un liquide non-odorant de faible quantité.
    Les glandes de Skene sont des glandes diffuses localisées tout le long de l’urètre et correspondent à la zone du point G. Rappelons-nous : la zone G gonfle et se gorge de liquide sous l’effet de sa stimulation et de l’excitation sexuelle ; Et bien ce sont les glandes de Skene (ou prostate féminine) qui sécrètent ce liquide.
  • La deuxième source, beaucoup plus abondante (dépassant parfois 150 ml), provient de la vessie. Mais ce liquide très clair, peu odorant et peu tâchant, est en fait un filtrat des reins qui est allé remplir la vessie pendant la relation sexuelle et est expulsé lors d’un orgasme puissant.

Donc, toutes les femmes ont des glandes de Skene (prostate féminine) et des reins qui produisent un filtrat pouvant remplir la vessie. Ainsi, pas besoin de s’affoler si nous éjaculons lors de notre plaisir, toutes les femmes, sans anomalie physiologique, le peuvent ! La preuve de part le passé historique.

 

L’éjaculation féminine dans l’histoire

Dans beaucoup de cultures, l’éjaculation féminine était considérée comme naturelle, normale et parfois même comme ayant un don curatif et sacré.

Dans l’antiquité grecque et romaine, l’éjaculation féminine était un évènement commun de la vie quotidienne. D’ailleurs elle fut étudié, de 600 ans à 200 ans avant J.-C., par de nombreux philosophes et médecins dont Pythagore, Hippocrate, Aristote et Galien.

Dans l’Inde antique, elle était honorée en tant que fluide érotique féminin sacré et donc considérée comme le « nectar des dieux ». Il y a plus de mille ans, une tradition spirituelle, le Tantra, considérait la sexualité comme un art et un rituel sacré nous permettant d’accéder à notre énergie sexuelle qui nous relie à notre énergie divine spirituelle. Le sexe était une pratique érotique sacrée et vu comme une expression hautement spirituelle. Il en va sans dire que l’art de faire l’amour, vieux de deux mille ans, décrit dans le Kama Sutra y était appliqué.

Dans la Chine antique, la tradition scientifique et philosophique taoïste, de plus de 2500 ans, considère l’éjaculation féminine comme essentielle à la vie et sacrée.

Au Japon du XVIème siècle, de nombreuses estampes portent la preuve que l’éjaculation féminine était célébrée et convoitée puisqu’elle était recueillit dans des bols prévus à cet effet. Les japonais considéraient ce liquide comme un aphrodisiaque ayant des vertus rajeunissantes.

 

L’éjaculation féminine de nos jours

De nos jours, ce phénomène est encore peu connu du grand public et peu expérimenté chez les femmes.

D’où la surprise mêlée parfois à la gêne et la honte, qu’une femme peut ressentir la première fois qu’elle a expulsé son liquide chaud lors d’un fort orgasme ou d’un rapport sexuel intense.
Ce n’est qu’après connaissance de ce phénomène, que la majorité des femmes vont accepter cette émission de liquide comme la preuve de leur jouissance dans un lâcher-prise exquis, tandis qu’une minorité va la vivre difficilement.
Généralement, la première expérience d’éjaculation féminine arrive après une certaine maturité sexuelle avec une vraie détente dans les relations sexuelles et un réel lâcher-prise dans le plaisir et les orgasmes.
En fait, la plupart des femmes éjaculent le liquide prostatique (peu volumineux) lors de leur orgasme mais retiennent le liquide contenu dans leur vessie de peur d’uriner.
Ne vous êtes-vous jamais étonnées d’uriner en grande quantité après un rapport sexuel intense alors que votre vessie était vide juste avant le rapport ? Et bien en fait vous uriner le filtrat rénale qui est passé dans la vessie. Vous pouvez faire l’expérience d’observer et de sentir ce liquide qui n’a pas la couleur ni l’odeur de l’urine habituelle.
Selon l’étude de Wimpissinger, près de 80 % des femmes fontaines y trouvent un enrichissement dans leurs pratiques sexuelles. Du côté des hommes, 90 % d’entre eux apprécient le phénomène et se sentent fier de pouvoir procurer autant de plaisir à leur femme.

 

En conclusion

L’éjaculation féminine est encore mal connue alors qu’elle est tout à fait naturelle et normale comme celle de l’homme. D’ailleurs nous pouvons apprendre à la maîtriser, comme l’homme peut aussi apprendre à maîtriser son éjaculation. Nous en reparlerons en détail dans un prochain article.
Malgré le fait que l’éjaculation féminine soit le signe d’une sexualité épanouie et détendue, elle ne doit pas devenir un but à atteindre ou une performance de plus à acquérir.
Selon nous, la sexualité est bien plus riche dans le laisser faire de l’instant présent.

 
Aurelie&Vincent
Vos coachs en sexualité consciente et épanouie pour améliorer votre vie de couple.
 
ET VOUS ?

Dites-nous dans les commentaires ce que vous avez pensé de cet article.

Si vous avez aimé, partagez-le sur facebook !

crédit photo : Audrey_Arkusha
Recherches utilisées pour trouver cet articlehistoire ejaculation feminine

Les techniques de respiration pour faire l’amour de façon divine ?

Les techniques de respiration divine - http://mon-couple-et-moi.com

La respiration tient une place majeure dans notre santé corporelle, émotionnelle et psychique. Dans notre sexualité, ignorer le rôle de notre respiration revient à se couper de 90 % de nos sensations qui sont directement liées à cette dernière.

Cependant, la plupart d’entres-nous rencontrons un problème de taille, personne ne nous a jamais appris à utiliser notre respiration pendant nos rencontres sexuelles. Et même si nous avons pratiqué quelques disciplines orientales comme les arts-martiaux internes (tai-chi, qi-qong) ou externes (Kung-fu, karaté etc.) ou bien encore le yoga, nous ne pensons pas forcément à réutiliser ces techniques apprises vis-à-vis de notre énergie sexuelle.

Dans cet article, nous allons voir les différents types de respirations avec des exercices simples à pratiquer chez soi.

Le principal écueil dans nos relations sexuelles

La plupart du temps nos rencontres sexuelles sont ponctuées par des moments d’intensité que nous vivons en contraction. Cette contraction vient notamment du fait que nous cessons de respirer en bloquant notre respiration, ce qui produit l’effet de raideur au niveau des muscles de notre corps. Cela contribue à la montée rapide de nos orgasmes, extases et plaisirs de type explosifdissipant notre énergie à l’extérieur. Compte tenu que beaucoup d’entres-nous vivons avec un stress chronique, le fait de dissiper le peu d’énergie que nous avons peut avoir plus de conséquences négatives que positives.

L’objectif de cet article est de commencer à nous approprier le fait que nous avons le choix ; nous avons la possibilité de vivre des plaisirs intenses de type implosif, c’est-à-dire avec une énergie qui se diffuse et qui reste à l’intérieur de nous. Bien sûr, ce n’est pas dans nos habitudes, mais nous sommes ici sur le blog des amoureux curieux, alors partons ensemble à la découverte d’autres chemins !

 

Les deux grands types de respiration

La respiration abdominale ou ventrale

C’est la respiration qui nous permet d’apaiser notre stress et qui joue sur l’ensemble du système nerveux parasympathique. C’est le système qui gère le ralentissement de l’ensemble du corps au niveau pression artérielle et rythme cardiaque, tout en augmentant l’appétit et la libido. Il est la réponse au système nerveux sympathique qui s’active en cas de stress. Ainsi, il favorise un retour au calme et à la détente de notre métabolisme, de nos émotions mais aussi de notre mental.

C’est ce type de respiration dont nous avons déjà parler dans : Fitness’ Penis : maîtriser votre éjaculation en 12 min/j et Méthode express pour prendre soin de soi en cas de conflit.

Exerçons-nous pendant 3 minutes

  • Commençons par nous installer confortablement assis sur une chaise sur les os des fesses ou bien debout avec les pieds écartés de la largeur du bassin et les genoux déverrouillés,
  • Nous expirons en premier lieu,
  • Puis nous inspirons pendant 5 secondes en gonflant dans l’ordre le ventre, les hanches, les reins, les poumons devant, sur les côtés, dans le dos jusque sous les clavicules sans monter les épaules. Il est à noter qu’ici le muscle PC (pubo-coccygien ou périnée) est détendu au fond du bassin.
  • Enfin nous expirons, en vidant l’air des poumons en premier puis celui du ventre ensuite, pendant 5 secondes, mais cette fois-ci en remontant le périnée par contraction.
  • Nous répétons cet exercice pendant 3 minutes.

Cet exercice est fait pour remettre en cohérence notre système notamment cardio-vasculaire. Nous pouvons aussi adapter des variantes qui permettent d’avoir une détente encore plus profonde en augmentant la durée des inspirations et en doublant le temps des expirations. Par exemple, une inspiration de 10 secondes sera suivie d’une expiration de 20 secondes.

En nous entraînant seulement quelques minutes par jour par cette simple respiration nous améliorons considérablement la circulation de notre énergie en nous, grâce au calme retrouvé et aux différentes tensions reconnues voire dissoutes.

 

La respiration thoracique

C’est la respiration qui est beaucoup utilisée dans les exercices de musculation ou de pilate. Elle est pratiquée et utile pour maintenir et tonifier la sangle abdominale (abdominaux transverses, obliques, grands droits), mais aussi pour favoriser l’augmentation des capacités respiratoires. En verrouillant et en gainant toute la partie de l’abdomen, cela entraine un gain d’amplitude au niveau de la cage thoracique pour permettre aux poumons de gagner en volume d’air absorbé. C’est donc une respiration très utile pour gagner en tonus et en puissance musculaire.

Exerçons-nous pendant 3 minutes

  • Commençons par expirer par la bouche en remontant légèrement le muscle PC et en rentrant les abdominaux.
  • Tout en maintenant le muscle PC et les abdominaux gainés, nous inspirons par le nez en gonflant les poumons dans les 3 directions (devant, côtés, derrière), sans lever les épaules, jusqu’au maximum. (Pour mieux ressentir le mouvement, nous pouvons mettre les mains sur les côtes.
  • Enfin, nous expirons par un léger filet d’air par la bouche, tout en maintenant le gainage du couple périnée/abdominaux.
  • Nous répétons cet exercice pendant 3 minutes.

Cet exercice nous permet de regagner rapidement de la mobilité au niveau de notre cage thoracique ainsi que de la puissance au niveau de nos abdominaux, contribuant à relâcher les tensions présentes dans notre dos.

Comment utiliser ces respirations en faisant l’amour ?

La respiration thoracique ne s’utilise surtout pas pendant que nous sommes en train de « baiser » (Baiser ou faire l’Amour ? Notre expérience…). Cette respiration est à privilégier en dehors des rencontres sexuelles avec notre partenaire.

Non, l’objectif rappelons-le, c’est de pouvoir vivre des instants de plaisirs subtiles et délicats. Pour cela, il est nécessaire que nous laissions circuler l’énergie dans tout notre corps. Ainsi, la respiration abdominale a toute sa place pendant que nous sommes en train de faire l’amour car elle va contribuer à :

  • détendre l’ensemble de nos chaines musculaires,
  • fluidifier notre respiration,
  • réguler notre excitation,
  • vivre des orgasmes dans la détente plus que dans la contraction,
  • nous amener à la multi-orgasmie.

Bien évidemment, nous n’allons pas compter 5 secondes d’inspiration, puis 5 secondes d’expiration. Nous invitons à porter une plus grande attention à notre respiration pendant nos ébats amoureux, comme nous pouvons le faire dans une dynamique de slow sex.

Par exemple, quand nous sentons un orgasme intense arrivé, nous pouvons nous inviter personnellement à utiliser la respiration abdominale pour ressentir tous les bienfaits cités ci-dessus, et ainsi maintenir un haut niveau d’énergie à l’intérieur de nous.

Ce n’est en rien une obligation, ni une pratique à utiliser à chaque fois. C’est simplement nous donner la joie et le bonheur de goûter à de nouvelles saveurs corporelles, toutes aussi agréables qui permettent de varier les plaisirs.

 

ET VOUS ?
Dites-nous dans les commentaires ce que vous avez pensé de cet article et partagez le sur vos réseaux sociaux préférés !

credit photo : antonioguillem
Recherches utilisées pour trouver cet articlecomment respirer pendant lamour,comment respirer pendant l amour,quelle respiration doit on avoir pour faire lamour,puisance pour faire lamour,exercice de respiration coit,controler sa respiration pendant lamour,amour respiration haletante,Comment Respirer Pendant L amour ?,Comment respirer en faisant lamour,comment faire lamour tout temps contrôlant sa respiration