Archive

Category Archives for "Résumés de livres"

L’homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle

homme-qui-voulait-être-heureux-gounelle-http://mon-couple-et-moi.com

 

Comment être heureux dans sa vie ?

Laurent Gounelle, par le biais de son personnage en vacances à Bali, va nous permettre de rencontrer un vieil homme guérisseur et d’une sagesse infinie qui va nous amener à faire un voyage intérieur à la découverte de nous-même.
Ce sage nous conduit dans des expériences bouleversant notre manière de voir notre vie et nous donne les clés d’une vie à la hauteur de nos rêves.

Les clés pour vivre la vie heureuse de nos rêves

 

La première clé pour vivre la vie heureuse de nos rêves est :

qu’on se met à croire des choses sur soi à partir de ce que d’autres nous disent ou de ce que l’on déduit inconsciemment de certaines expériences qu’on a vécues.
C’est surtout pendant l’enfance que se forgent la plupart des croyances que l’on a sur soi. Mais on peut aussi en développer plus tard, même à l’âge adulte et dans ce cas, elles sont, en général, issues d’expériences très fortes émotionnellement.

 

Les êtres humains cherchent simplement une certaine forme d’équilibre dans leur vie. C’est ainsi qu’ils sont très attachés à tout ce qu’ils croient, car leurs croyances constituent la base de leur monde à peu près équilibré. Cela les rassure et ils s’y accrochent inconsciemment en évitant de chercher une autre vérité.

 

 

La deuxième clé est que :

Ce que l’on croit devient notre réalité.
Ce que l’on croit de la réalité, du monde environnant, agit comme un filtre, comme une paire de lunettes sélective qui nous amène à surtout voir les détails allant dans le sens de ce que nous croyons. Si bien que cela renforce nos croyances !

 

Nos croyances nous entraînent à interpréter la réalité.
Par exemple : pour certain, un sourire sera perçu comme un signe d’amitié et pour d’autres comme un signe de séduction ou d’ironie ou de moquerie… Et chacun sera convaincu de son interprétation.

 

 

La troisième clé est que :

Nos croyances nous amènent à adopter certains comportements qui vont avoir des effets sur le comportement des autres dans le sens qui va, encore, renforcer ce que nous croyons.

 

Par exemple : Nous avons la croyance que le monde est dangereux, nous adoptons donc un comportement montrant notre visage fermé et que nous restons sur nos gardes quand nous rencontrons de nouvelles personnes. Les effets de notre comportement sur ces personnes qui le perçoivent sont qu’elles vont à leur tour rester sur leurs gardes vis à vis de nous et donc peu s’ouvrir à nous. Percevant cela chez les personnes en face de nous, nous renforçons notre raison de nous méfier car ce monde est dangereux.

Chaque croyance produit à la fois des effets positifs et des effets négatifs.
En effet, la croyance précédente nous permet aussi de nous protéger face à d’éventuels dangers. Mais certaines croyances induisent plus d’effets négatifs que d’autres.

Prendre conscience de nos croyances et de leurs conséquences dans notre vie, nous aide à comprendre pourquoi nous nous empêchons de réaliser notre rêve d’une vie heureuse.

 

 

Des questions clés pour prendre conscience de nos croyances et dépasser nos blocages

  • Écrire tout ce qui nous empêche de réaliser notre rêve d’une vie heureuse.
  • Quand nous nous imagions vivre cette vie heureuse, est- ce qu’il y a quelque chose à perdre par rapport à votre situation actuelle ?
    Rien.
  • Qu’est-ce qui a pu faire que notre chemin soit globalement différent de celui que nous aurions aimé suivre ?
    Nous pouvons croire à un manque de chance. Pourtant, nous avons autant de chance que tout le monde, mais peut-être ne prêtons-nous pas attention aux opportunités qui s’offrent à nous !
  • Savons-nous comment nous nous mettons à croire que nous ne sommes pas capables de faire quelque chose ?
    Quand il existe quelque part une question, souvent non formulée consciemment, à laquelle nous n’avons pas la réponse.
    Par exemple : « Comment puis-je concrètement réaliser ce projet ? » Lorsque nous ne savons pas répondre, nous pensons que nous ne sommes pas capables de le réaliser, ce qui est une croyance limitante.
  • Lister tout ce qu’il y a à faire pour réaliser notre projet.
  • Acquérir les connaissances et compétences qui nous manquent ou nous former auprès de quelqu’un pour mettre en place les actions qui vont permettre à notre projet de devenir réalité.

 

C’est souvent à ce stade là, que nous avons des peurs comme la peur de demander de l’aide et d’être rejeté.
Or, notre peur est une création de notre mental. Ce dernier nous fait confondre le rejet de notre demande et le rejet de notre personne (les autres ne nous aime pas ou n’ont pas de considération pour nous). Il est important d’apprendre à nous dés-identifier de notre demande, car dans notre vie nous pouvons recevoir des non à nos demandes sans pour autant que les autres nous rejettent en tant que personne.

Quand nous parlons d’un projet autour de nous, nous pouvons recevoir 3 types de réactions :

  • les neutres
  • les réactions d’encouragement
  • les réactions négatives qui tendent à vous faire renoncer

Lorsque nous avons un projet qui nous tient à cœur, il est important de nous entourer d’une ou deux personnes qui croient en nous et nous éloigner des personnes qui nous découragent.

 

C’est quoi une vie réussie ?

C’est ainsi, qu’une vie réussie est une vie que nous avons menée conformément à nos souhaits, en agissant toujours en accord avec nos propres valeurs, en donnant le meilleur de nous-même dans ce que nous faisons, en restant en harmonie avec qui nous sommes.
Et si possible, c’est une vie qui nous a donné l’occasion de nous dépasser, de nous consacrer à autre chose qu’à nous-même et d’apporter quelque chose à l’humanité, même si c’est infime.

Pour être sûr d’agir en accord avec nos valeurs, il nous suffit de nous mettre à l’affût de nos ressentis et de nos sensations. S’il y a une gêne ou un malaise intérieur, c’est que notre valeur n’est pas respectée.

L’être humain se complaît dans le laisser-aller, mais il s’épanouit dans l’exigence de soi, en donnant le meilleur de lui-même.

 

 

Le commentaire d’Aurélie et Vincent

Ce livre est intéressant pour voir l’évolution qu’une personne peut entreprendre dans sa vie lorsqu’elle s’aperçoit que sa vie ne correspond pas à celle qu’elle souhaite.

Il aborde le thème des croyances en faisant prendre conscience qu’elles ont des conséquences sur notre façon de vivre et de nous comporter mais également sur le comportement des autres. Il nous amène à imaginer la vie heureuse dont nous rêvons pour lui donner de la réalité et envisager les actions à mettre en place pour la concrétiser.

Nous sommes entièrement d’accord sur le fait que chacun d’entre nous créons la vie que nous croyons !
Nous considérons que le travail sur nos croyances est primordial pour comprendre nos auto-sabotages et nos auto-limitations. De même, notre changement passe par une remise en question et un apprentissage d’une nouvelle manière d’être, de penser et de faire.

Toutefois, le livre ne rentre pas dans les aspects psychologiques de l’être humain (cf : les enfants intérieurs).
Ce qui peut laisser croire aux lecteurs qu’un simple travail de réflexion est nécessaire pour pouvoir dépasser nos croyances, Certes ce travail est nécessaire mais il est parfois insuffisant face à une blessure du passé ou à un blocage très fort.

Nos peurs, nos croyances et nos blocages ont tous une raison juste de se manifester à nous. Ils nous permettent, si nous les écoutons, d’aller à la rencontre de notre intériorité afin de retrouver notre unicité, ce qui fait sens en nous, pour pouvoir avancer vers l’avenir de manière sereine.

 

 

Pour conclure

Quel plus beau cadeau que celui d’apprendre à devenir l’acteur de notre vie afin de ne plus être la victime de la vie ?

Cette vie est la nôtre, faisons en sorte de vivre chaque instant en conscience, en accord avec nos valeurs, en amour et en joie d’être vivant.

Ce livre nous apporte des pistes à suivre pour commencer ce chemin vers le meilleur de nous-même, vers le meilleur de notre vie.

 

Aurelie & Vincent

Vos coachs et thérapeutes en développement personnel qui vous accompagnent à accéder à votre bonheur en dépassant vos croyances

 

Et vous, qu’avez-vous pensé de cet article ?

Partagez votre ressenti et vos expériences dans les commentaires.

Si vous avez aimé, partagez-le sur facebook !

 

Pour commander le livre via Amazon cliquez sur ce lien ou via l’image ci-dessous.

 

 

Recherches utilisées pour trouver cet articleles croyances limitantes pour être heureux

Amour et Sexualité de Gary Chapman

Amour et Sexualité Gary Chapman - http://mon-couple-et-moi.com

 

Gary Chapman, conseiller conjugal, auteur mondialement connu et rendu célèbre grâce à son best-seller les 5 langages de l’amour nous offre dans ses petits guides des conseils pratiques simples et précis pour améliorer notre vie de couple au quotidien.

À travers ce livre Gary Chapman souhaite nous montrer en quoi l’amour contribue à nous apporter une vie sexuelle plus épanouie avec notre partenaire. Il aborde ce sujet avec un humour et une légèreté toute particulière qui font passer son message avec facilité. Il nous montre comment il est possible de s’épanouir et avoir une plus grande satisfaction dans nos rencontres sexuelles grâce à des enseignements vieux de 2000 ans en faisant principalement la différence entre faire l’amour et avoir des relations sexuelles !

Notre Avis

Nous sommes également d’accord à mettre en avant le fait que sans amour et sans apprentissage du langage d’amour de l’autre, il n’y a point de relations sexuelles épanouissantes. Une autre dynamique avec laquelle nous sommes en accord parfait, c’est à l’homme de prendre l’initiative… mais uniquement dans le domaine de la sensualité et des expressions de l’amour et c’est à la femme de l’inviter à rentrer « dans son jardin » et non à l’homme d’en prendre l’initiative.

Toutefois, à de nombreux passages, ce livre nous a été difficile à lire. Non par le style, mais plutôt par un rapprochement quasi systématique entre la chrétienté et la vie de couple conjugale de type maritale. Ce livre n’est donc pas forcément accessible à tous dans ses formulations orientées avec un type de spiritualité.
Par ailleurs, certaines visions nous ont semblé très (trop) tranchées, comme la notion du pardon qui est vu sous l’angle du repenti, de la culpabilité et la morale qui sous-tend ces deux comportements.
La sensualité n’est quasiment pas abordée en ces termes, alors que pour nous elle est prépondérante dans l’émergence d’un amour plus profond.

 

Introduction

Gary commence ce guide de 74 pages par faire une belle distinction entre faire l’amour et avoir des relations sexuelles. Ces dernières tentent à se généraliser dans notre société contemporaine bien qu’elles ne laissent qu’un goût amer d’insatisfaction pour nombre d’entres nous, alors que les premières sont une source de rapprochement émotionnellement intense.

Avoir un rapport sexuel, c’est réunir deux corps ; faire l’amour, c’est réunir deux êtres. “

Pourtant de nos jours avoir un rapport sexuel pour nombre d’entres-nous est connoté comme faire l’amour. Or il n’en est rien selon Chapman, car la sexualité n’est plus lié à un attachement à un désir d’honorer notre amour ensemble, mais elle est devenue “un divertissement .. un plaisir qui laisse les gens sur leur faim”.

Il met en avant comment selon lui, la foi chrétienne nous amène à être plus conscient que faire l’amour amène à quelque chose de plus grand, que simplement la pulsion biologique et animale.

Il recommande de lire ce livre à deux pour partager les réponses aux questions en fin de chaque chapitre. Et si cela est impossible, alors cela peut nous permettre de mieux en apprendre sur nous pour moins de deux heures de lecture.

Il termine son introduction avec cette phrase :

Pour connaître une plus grande satisfaction sexuelle, il faut apprendre à aimer.”

 

Chap. 1 : Amour et sexualité : combinaison parfaite

La sexualité est merveilleuse

L’objectif pour l’auteur est clairement de démontrer que la sexualité est un acte d’amour considéré comme naturel sans honte ni gène entre l’homme et la femme. Cette vie intime contribue à renforcer la proximité entre l’homme et la femme.

 

Le rôle de la sexualité

Ici, même si les dernières études sur le sujet concèdent que des conjoints qui honorent leur amour par la sexualité offre un cadre de sécurité et d’épanouissement pour des enfants, la procréation n’en est pas le but ultime.

La sexualité, si elle est vécue dans l’amour par les partenaires en y incluant une dimension reliant le corps, le cœur et l’esprit, est un acte qui crée un lien d’une proximité sans égal. C’est ainsi que d’amants ou conjoint/conjointe, ils deviennent de véritables partenaires de vie pour entamer ensemble les expériences de leur chemin de vie. Faire l’amour est le ciment le plus puissant pour un couple.

Des relations simplement physiques sans toutes ces dimensions ni cette conscience, peuvent avoir des conséquences négatives à plus ou moins long terme, allant jusqu’à la rupture et non la séparation. La rupture ayant la particularité d’être une cassure liée à l’hostilité.

Au-delà des orgasmes, les êtres sont dans cette profonde connexion avec eux-même et avec l’autre, “transportée par des vagues de plaisir.

 

Une illustration ancienne

À travers des extraits de la première section de la bible qui concernent les livres de poésie hébraïques, l’homme et la femme exprime le plaisir sexuel qu’ils ont l’un envers l’autre et le désir qu’ils en éprouvent au-delà du simple coït. Pour cela, ils se communiquent des louanges sur ce qu’ils apprécient le plus chez l’autre.

 

Accentuer le positif

Dans notre société contemporaine, il remarque que les couples ont plus tendances à remarquer et connoter ce qui ne va pas chez l’autre plutôt qu’à communiquer ce qu’ils trouvent de positif et de désirable. En effet, les phrases jugeantes ne contribuent pas au contact et à ce partenariat de vie des deux personnes. Or, aller dans le sens de la vie, c’est se réjouir d’être là l’un avec l’autre et reconnaissant ce que nous pouvons nous apporter l’un et l’autre. En accentuant le positif, les partenaires renforcent l’intimité, créent aussi de la sensualité et par conséquent peuvent vivre des rencontres sexuelles comme de véritables rencontres d’amour.

 

Mise en pratique

Ici il y a une invitation à revenir à notre intériorité, pour savoir :

  • si vous faites et ressentez la différence entre faire l’amour et avoir un rapport sexuel,
  • sur une échelle de 1 à 7 quelle est votre aptitude à faire l’amour ? Et selon votre partenaire ?
  • vous pouvez demander à votre partenaire ce que vous aimeriez qu’il fasse ou cesse de faire pour rendre vos relations sexuelles plus satisfaisantes ?
  • et vous pour lui ?

 

Chap. 2 : Faire l’amour requiert de la patience

Un couple a besoin de temps pour se découvrir sexuellement dans la plupart des cas. En effet, l’homme et la femme ne sont pas constitués de la même façon au niveau psychologique, émotionnel et physique. Ceci est par extension vrai pour leur sexualité respective, elle ne se déclenche pas de la même façon. Ce n’est pas parce que nous avons des orgasmes ensemble, que nous sommes satisfaits sexuellement.

 

La nature des pulsions sexuelles

L’homme ressent la pulsion biologique d’avoir des rapports sexuels du fait de son taux de testostérone élevé et de ses vésicules séminales pleines, qui ne sont pas en lien direct avec ses émotions.

La femme accorde une grande part d’importance à la qualité de la relation afin de pouvoir s’épanouir sexuellement. C’est ainsi qu’elle a besoin de se sentir aimée, désirée et reconnue dans tout ce qu’elle éprouve dans son intérieur avant de pouvoir s’ouvrir à son homme. Elle peut cependant s’ouvrir à la sexualité facilement, si son besoin en mot doux et caresses ne sont fournis que pendant l’acte sexuel, mais ce n’est pas pour cela qu’elle se sentira satisfaite.

Ainsi les deux partenaires n’ont d’autres choix s’ils souhaitent une vie épanouie ensemble que de s’accorder à la compréhension du fonctionnement de l’un et de l’autre.

 

Point de déclenchement

Ici, Gary rappelle que les hommes sont essentiellement stimulés par la vue alors que les femmes le sont plus par le toucher délicat et les mots tendres (en bref la sensualité).

Pour un homme, quand sa femme se déshabille il est prêt à lui faire l’amour. Pour la femme cela demande plus de temps et de finesse.

Il précise aussi en les condamnant fermement, les domaines de tentation de l’homme et de la femme au vu de ce qu’il rencontre dans l’exercice de sa profession de conseiller conjugal :

  • la pornographie pour les hommes
  • les collègues et amis affectueux pour les femmes

Dans tous les cas selon lui, ni l’un ni l’autre ne sont favorables à rétablir une relation de couple favorable.

 

La manière de réagir

De même, pendant la rencontre sexuelle elle même, l’homme et la femme ne vivent pas leur énergie de la même façon. L’homme a plutôt une énergie explosive et rapide, tandis que la femme a une énergie lente, progressive et durable.
L’homme peut atteindre un orgasme et une éjaculation en deux minutes en moyenne, s’il entame un coït rapide et vigoureux. Pour la plupart des femmes c’est impossible. Il fait remarquer que nombres de femmes jouissent majoritairement par le clitoris et même si celui-ci enfonce ses racines sur les côtés du vagin, c’est par stimulation directe qu’elle atteint l’orgasme et non la pénétration.

Ainsi, beaucoup de couples sont amenés à avoir un processus issu de conclusions trop rapides : madame jouit pendant les préliminaires, et monsieur jouit ensuite pendant la pénétration.

Gary note aussi que nombreuses sont les femmes qui ne désirent pas forcément jouir pendant qu’elles font l’amour, n’ayant pas envie d’entamer un processus qui demande temps, énergie et effort. Alors que l’homme se sent aimé et se trouve attiré par elle quand il a un orgasme.

Pour lui, toutes ces différences amènent l’homme et la femme à prendre le temps de mieux se découvrir, se respecter et se comprendre.
Ainsi la sexualité devient un acte d’amour plein et ressourçant, une symphonie qui honore l’amour des deux êtres qui se rencontrent dans une communion charnelle et émotionnelle comme s’ils se disaient : “
Comment puis-je te procurer du plaisir.”

 

Mise en pratique

  • Avez-vous remarqué ces différences dans votre couple et communiquez-vous dessus ?
    • l’homme : souhaitez-vous demander à votre partenaire comment lui communiquer votre amour ?
    • la femme : souhaitez-vous dire à votre partenaire les actes qui vous procurent le sentiment d’être aimé?
  • Comment les différences hommes/femmes influencent votre vie de couple ?
    • l’homme : souhaitez-vous demander à votre partenaire les caresses et mots tendres qui stimulent son désir ?
    • la femme : souhaitez-vous demander à votre partenaire ce qui stimule visuellement son désir et que vous pouvez faire ?
  • Le moment de l’orgasme peut-être frustrant chez beaucoup de couples car le problème le plus courant rencontré est l’homme qui éjacule pendant que la femme est en pleine progression sexuelle et ainsi elle se sent frustrée :
    • l’homme : êtes-vous prêt à amener votre femme à l’orgasme pendant les préliminaires puis à avoir le vôtre par la suite comme cela fonctionne dans de nombreux couples ?
    • la femme : êtes-vous prêtes à demander vos préférences concernant votre plaisir et vos orgasmes à votre partenaire ?

 

Chap. 3 : L’amour s’offre mais ne s’exige jamais

Gary Chapman propose ici une nouvelle lecture des “prétendus droits sexuels” ce que nous connaissons le plus souvent sous le terme de “devoir conjugal” que mettrait en avant la bible, pour en proposer une nouvelle lecture. L’auteur de ce texte, l’apôtre Paul, met en avant un idéal de couple dans lequel l’un et l’autre des partenaires contribueront au bien-être dans un idéal du couple notamment grâce à la sexualité. Mais l’auteur met en garde : “Cependant, nous ne devons pas exiger cet idéal, mais plutôt le créer.”

Ainsi, faire l’amour c’est d’abord donner et non exiger. “Lorsqu’on se focalise sur la création d’une atmosphère d’amour où l’on cherche à valoriser sincèrement son partenaire, l’invitation se fera entendre.”

Pour cela, il nous renvoie à l’archétype de la vie conjugale où l’homme prend l’initiative, non pas sexuelle comme certains tendent à le faire croire, mais d’aimer sa partenaire et de persévérer dans cet amour. Ainsi sa compagne en le voyant dans cet amour pour elle, attentionné et sincère, elle le respecte et l’invite, comme cela est employé dans la poésie hébraïque, dans son jardin afin de goûter aux plaisirs qu’elle lui a préparé, sous entendu les fruits sexuels de son corps.

L’enseignement est clair, l’homme prend l’initiative à travers des paroles valorisantes, des mots tendres, une sensualité, une délicatesse qui touchent la femme et lui donnent envie de partager son intimité sexuelle. L’homme ne rentre pas dans le jardin sans y être invité, alors qu’habituellement c’est ce qui est enseigné malheureusement à nombres d’hommes. Il doit comprendre pour cela que son désir sexuel n’est pas équivalent, au début du moins, à celui de sa compagne.

Parfois certains hommes se sentent frustrés d’attendre une forme d’amour, au lieu d’en offrir.

Par nature, l’auteur et conseiller conjugal remarque que nous avons tous un côté égotique qui nous incite à penser que l’autre est présent pour combler nos besoins. Et lorsque ces derniers ne sont pas comblés nous nous mettons à les exiger. Il invite donc ici à un changement de paradigme dans la relation d’amour où l’exigence et le ressentiment laisse la place à la créativité et au don de soi.

 

Mise en pratique

  • Quelle est votre attitude vis-à-vis de la sexualité : exiger ou donner ?
  • Comment vous sentez-vous à l’idée de prendre l’initiative d’offrir plutôt que d’attendre et de chercher à recevoir ?
  • Après un temps de recul concernant ce qui peut créer la frustration chez votre partenaire, comment souhaitez-vous l’accompagner à rencontrer cette partie chez lui/elle ?

 

Chap. 4 : L’amour est plus qu’un sentiment

Les femmes savent au fond d’elles-mêmes que, surtout quand elles sont en couple, la sexualité sans amour ni tendresse au quotidien ressemble à un viol et ne peuvent pas le supporter.

Les hommes savent que sans amour, la relation sexuelle est sans conteste une expérience fade et sans saveur.

Quand nous nous mettons en couple, marié ou pas, le souhait que nous chérissons le plus est celui d’être dans l’amour mais aussi celui d’être aimé par notre partenaire. “Quand on est aimé, le monde s’illumine. La sexualité se transforme alors en cerise sur le gâteau. […] Mais sans amour le monde devient sombre, et la sexualité s’apparente au mieux à une oasis temporaire dans la solitude du désert.”

Bien des couples accusent le mariage ou le temps d’avoir supprimé les sentiments intenses du début, alors que cela relève de la capacité à recréer l’amour à l’infini tout au long de la vie.

 

Deux phases dans l’amour

La première phase, que la plupart d’entres-nous connaissons, est un bain d’hormones dans lequel nous ferions n’importe quoi pour l’autre, c’est la phase d’euphorie amoureuse. Une période où nous pouvons complètement nous sentir absorbé par nos émotions au point de ne plus voir nos amis, faire moins attention à nous, moins travailler. En somme, un effet biologique pour nous inviter à être ensemble et faire couple.

La deuxième phase engage un choix conscient. Lorsque les hormones d’attachement et d’euphorie ne sont plus aussi présentes (surtout si nous ne les cultivons pas), elles laissent place à l’individuation dans un contexte quotidien bien souvent stressant.

 

Les défis de la deuxième phase

Cette deuxième phase débute par le choix “ d’une attitude positive”.
L’auteur donne l’exemple d’un homme qui a décidé de faire le choix conscient de demander à sa femme chaque semaine ce qui pourrait faire de lui le meilleur mari du monde pour qu’il y travaille. Il s’était aperçu, après mariage, que sa femme ne correspondait pas à ses attentes et vice-versa. Or, il avait à cœur de ne pas la rendre malheureuse mais bien de faire équipe avec elle pour apprécier la vie ensemble et élever leurs enfants dans un foyer agréable. Au bout de quinze ans, il vivait encore une vie de bonheur et leur sexualité venait honorer, de manière qui ne saurait être plus satisfaisante, leur amour.

 

Tout commence par une certaine attitude

En effet, il ne faut pas attendre que la passion et l’exaltation du début reviennent comme par magie. Cela demande de l’attention en ce qui concerne les mots et les actes pour voir s’ils reflètent bien l’amour et ainsi cheminer vers des relations sexuelles qui procureront satisfaction et déploiement du couple.
La relation sexuelle commence ainsi par les attitudes, avant, pendant et après elle dans le quotidien du couple. Le but de l’amour, selon l’auteur est de rendre une vie meilleure à notre partenaire avec nous, plutôt que sans nous.

Ce choix est quotidien et demande une attention de chaque instant pour impulser de l’énergie positive dans notre couple.

 

Mise en pratique

  • Dans quelle phase êtes-vous au niveau de votre couple : euphorie, transition, choix ?
  • Si vous êtes en transition quelle est votre attitude ?
  • Êtes-vous prêt à avoir l’humilité de demander chaque semaine à votre partenaire comment être le/la conjoint(e) idéal(e) pour lui/elle tout en respectant vos possibles ?

 

Chap. 5 : Le langage d’amour le plus efficace

Nous ne développerons pas cette partie dans cet article car nous l’avons fait dans le précédent article. Au coeur des 5 langages de l’amour de Gary Chapman

 

Chap. 6 : L’amour n’inflige pas de souffrances

La souffrance émotionnelle

Elle est issue de paroles dures et d’une façon de s’exprimer qui n’invite ni à la paix ni à l’amour. Les mots peuvent nourrir la vie ou la mort, à nous de faire notre choix. Il est clair cependant que les paroles négatives entraînent des conséquences négatives car elles se nourrissent d’accusations et de reprochent. “Quand le cœur est rempli de souffrance il n’y a plus de place pour l’amour.” Et de fait, il n’y a pas de place pour avoir des relations sexuelles transcendées par l’amour.

Ce qu’il est réconfortant de savoir c’est que dès que nous abandonnons ce type d’attitude en allant chercher au fond de nous ce que nous éprouvons, nous pouvons alors redevenir des partenaires.

Ainsi, chacun peut trouver des paroles valorisantes à dire à l’autre et ainsi entamer le déploiement d’un cercle vertueux, facteur de croissance d’amour et de bonté.

La souffrance physique

Il est possible d’en distinguer de deux sortes selon Gary Chapman : les abus physiques et la maltraitance sexuelle.

La première concerne le fait de “pousser, bousculer, secouer, frapper ou griffer l’autre”. Il va s’en dire que même si les rapports sexuels sont présents, le cœur lui n’est pas ouvert du fait de la souffrance qu’il ressent.

La maltraitance sexuelle peut autant être du côté de l’homme qui considère sa femme comme un objet pour assouvir ses désirs et abuse d’elle sexuellement, que du côté de la femme qui peut avoir une infection vaginale qu’elle ne souhaite pas soigner comme alibis à ne pas avoir de rapports sexuels avec son homme. Toutes ces maltraitances ne sont pas nourrissantes et ne prédisposent pas à faire l’amour.

La souffrance spirituelle

Dans cette partie, l’auteur met en avant que si l’un des deux conjoints vit sa relation sexuelle comme un don de soi, il en éprouvera un profond sentiment de gratitude et connexion avec son partenaire et “le divin”. En revanche, si l’autre partenaire n’inclut ou ne vit aucune dimension de cet ordre dans sa relation sexuelle, cela peut être compliqué pour la relation de couple. Il a remarqué que les couples dans lesquels les deux partenaires vivent une intimité liée à leur spiritualité, l’épanouissement sexuel est plus présent.

Mise en pratique

  • Avez-vous des attitudes qui génèrent de la souffrance émotionnelle chez vous  ou chez votre partenaire ? Si oui, comment le gérez-vous seul(e) et en couple ?
  • La maltraitance physique ou sexuelle est-elle présente dans votre couple ? Si oui, que faites-vous et quelles sont vos initiatives pour qu’elles ne se reproduisent pas ?
  • Avez-vous déjà communiqué une phrase telle que : “J’aimerais que tu saches que je tiens à t’apporter du plaisir et non de la souffrance dans tous les domaines de la vie.” S’il arrive que par mes actes, tu ressentes de la souffrance dis-le moi afin que je puisse voir aussi ce qu’il se passe en moi.

 

Chap. 7 : L’amour pardonne les fautes passées

Ici l’auteur met en garde le fait qu’une fois notre phase d’euphorie amoureuse passée, notre comportement “normal” peut réapparaître ce qu’il appelle notre tendance naturelle vers l’égocentrisme. Et plutôt que de se séparer en croyant que nous trouverons mieux ailleurs, il propose un processus qui consiste à pardonner.

La première étape

Il met en avant le fait qu’en respectant et qu’en répondant à certains de nos besoins, nous avons pu blesser notre partenaire. Ces blessures érigent un mur qui ne permettent pas de développer notre potentiel d’amour et ainsi n’apportent pas de relations intimes épanouies.

La deuxième étape

Ici, la dimension qui est développée est la notion de pardon, que nous traduirions plutôt par accueil de soi dans toutes nos dimensions. Être dans cette capacité à aller à la rencontre de nous même pour le partager à notre partenaire afin qu’il nous comprenne mieux dans nos attitudes.

À l’attention des croyants

Cette partie est clairement destinée à redonner un éclairage de certains écrits bibliques pour les personnes de confessions chrétiennes.

Mise en pratique

  • Ressentez-vous un mur qui vous empêche d’avoir une intimité sexuelle entre vous et votre partenaire ?
  • Êtes-vous prêt à aller à la rencontre de vos attitudes dans votre couple ?
  • Êtes-vous prêt à en parler à votre partenaire ?

 

Chap. 8 : Faire l’amour est un parcours de toute une vie

Avoir une compatibilité sexuelle n’est, selon Chapman, pas acquise une fois pour toute dans la vie. Nous pouvons rencontrer des phases de stress important, des émotions fortes, l’arrivée des enfants, un sur-investissement dans le travail. Pour cela, il est nécessaire parfois de se redonner un cap à suivre, au risque dans le cas contraire de se perdre.

Communication

Il nous invite tous à échanger et à communiquer ouvertement sur notre sexualité car notre plus grand risque c’est de ne jamais en parler !

Sensibilité

Ici, il met en avant le fait d’être sensible au fait que l’important n’est pas de répondre à ce que dit notre partenaire, mais plutôt d’aller à sa rencontre dans ce qu’il dit et livre de son intimité. Ainsi, aucune réaction ici n’est de mise, seul le plaisir de mieux se connaître compte.

Faire de votre relation conjugale une priorité

C’est la priorité des priorités des couples heureux. Ils sont matures et s’ils ont autant de satisfaction à honorer leur amour par la sexualité, c’est qu’ils ont le désir d’apprendre toute leur vie. Ils ont à cœur de se découvrir et de se redécouvrir chaque jour de vie commune, pour contribuer à leur bien-être, celui de leur partenaire, du couple et s’ils en ont, de leurs enfants. Ils iront même jusqu’à faire appel à un tiers conseiller conjugale, thérapeute de couple, coach de vie ou sexuel pour dépasser les difficultés qu’ils rencontrent.

Mise en pratique

  • Quel est votre degré de satisfaction sexuelle entre 1 et 10 ?
  • Que pouvez-vous faire pour continuer ainsi si vous vous situez entre 9 et 10 ?
  • Que pouvez-vous faire pour l’améliorer si votre satisfaction est inférieure à 8 ?
  • Que pouvez-vous améliorer pour rendre les rencontres sexuelles plus épanouissantes chez votre partenaire ?
  • Idem dans l’autre sens ?
  • À quand remonte la dernière fois que vous avez lu un livre sur la relation de couple ou que vous avez assisté à un séminaire ou un stage ? Si ça fait plus d’un an pensez-y.

Epilogue

Il peut se résumer en une phrase : avoir des relations sexuelles satisfaisantes demande d’apprendre à aimer avec le cœur au-delà des hormones du début. Cet art d’aimer y compris dans la relation sexuelle se construit chaque jour.

Enfin l’auteur, met en annexes les souhaits des hommes et ceux des femmes ainsi que les pensées à retenir.

 

ET VOUS ?

Dites-nous dans les commentaires ce que vous avez pensé de cet article et partagez le sur vos réseaux sociaux préférés !

Recherches utilisées pour trouver cet articleles enseignements de gary chapman,enseignement de gary chapman,gary chapman,gary chapman est il mort ?

Au coeur des 5 langages de l’amour de Gary Chapman

Au-cœur-des-5-langages-de-lamour - http://mon-couple-et-moi.com

Rester amoureux après le mariage

Notre première difficulté à rester amoureux dans notre couple est notre négligence de cette vérité fondamentale : tout le monde ne parle pas le même langage de l’amour. Nous pouvons ainsi nous épuiser chacun de notre côté à exprimer notre amour en vain, simplement parce que nous parlons un langage différent et que ce dernier ne vient pas combler le besoin de l’autre.
Gary Chapman a identifié 5 langages de l’amour. Alors pour bien communiquer dans notre couple, nous avons à identifier et à apprendre le langage émotionnelle de notre chéri(e).

Chacun de nous à le besoin de nous sentir aimé et proche de notre partenaire afin de remplir notre « réservoir d’amour« . Pour être émotionnellement en bonne santé, notre besoin d’amour doit être satisfait. Les personnes en couple désirent ressentir affection et amour de la part de leur partenaire. Lorsque le réservoir affectif de notre conjoint est plein et qu’il se sent sécurisé par l’amour que nous lui apportons, notre partenaire voit alors le monde sous un jour meilleur et est prêt à révéler le meilleur de lui-même.

 

Langage de l’amour 1 : Les paroles valorisantes

Un puissant communicateur d’amour est d’exprimer des paroles valorisantes et positives à notre partenaire comme : « j’apprécie vraiment que tu aies fait la vaisselle de ce soir », « tu es élégant dans ce costume« … Des paroles d’encouragement peuvent donner le courage qui manquait à notre partenaire pour s’épanouir là où il le souhaite mais où il est encore hésitant.

Notre ton a également son importance dans le ressenti de notre partenaire. En effet, un ton aimable et doux aura des répercussions plus positives qu’un ton cassant et sec.
Nous ne sommes pas ensemble pour compter les points de qui à tord et qui à raison. Personne n’est parfait. Le plus important est la relation et si nous regrettons une de nos paroles blessantes alors nous pouvons demander le pardon en faisant en sorte d’être plus vigilant à l’avenir.

En couple, nous avons des besoins et des désirs que nous souhaitons nourrir. Lorsque nous les exprimerons, nous porterons notre attention à ne pas exiger de l’autre qu’ils les nourrissent obligatoirement. Nous les communiquerons de manière ouverte afin que notre partenaire en prenne conscience sans aucune obligation pour lui.

Ici nous avons aussi la possibilité d’écrire ces paroles positives et valorisantes dans une lettre pour notre chéri(e).

Si notre partenaire apprécie les paroles valorisantes, alors à nous d’employer tous les jours ce langage d’amour avec des mots qui le touchent particulièrement et qui viennent nourrir son amour.

 

Langage de l’amour 2 : Les moments de qualité

Le plus important est d’être ensemble, de passer un moment où toute notre attention est tournée l’un avec l’autre.

Cela peut-être des moments de communication bienveillante dans lesquels nous partageons, chacun notre tour, nos expériences, nos pensées, nos sentiments et nos désirs.
Pour cela nous avons à apprendre à bien écouter :

  • Maintenons le contact visuel lorsque notre partenaire parle,
  • Ne faisons rien d’autre,
  • Soyons attentifs aux émotions,
  • Observons le langage du corps,
  • Interdisons-nous de l’interrompre.

Mais nous avons également à savoir parler de nos émotions et sentiments.

Selon Gary Chapman, si l’un des partenaires a besoin de ce langage de l’amour pour se sentir nourri et aimé, le « minimum quotidien requis » est de partager chaque jour un moment privilégié où, à tour de rôle, chacun parle de trois choses qui lui sont arrivées dans la journée et de la réaction émotionnelle qu’elles ont suscitée.

Les moments de qualité peuvent être des activités faites ensemble et qui vous font plaisir. Ce peut être une balade, un déjeuner au restaurant, un cours de danse…

 

Langage de l’amour 3 : Les cadeaux

Lorsque nous offrons un cadeau à notre partenaire, cela sous-entend que nous avons pensé à lui/elle. En fait, le plus important est d’avoir concrétiser notre pensée en nous procurant le cadeau que nous offrons comme témoignage d’amour.

Si pour notre partenaire, les cadeaux sont le principal langage de l’amour, et que pour nous, offrir des cadeaux n’est pas habituel parce que l’argent rentre dans une perspective d’épargne et d’investissement, alors nous allons devoir apprendre à investir dans notre relation de couple afin de remplir le réservoir d’amour de notre partenaire.

Certains cadeaux coûtent cher alors que d’autres sont gratuits. En effet, offrir notre présence (ou faire don de soi) lorsque notre partenaire a besoin de nous est un message fort d’amour.

 

Langage de l’amour 4 : Les services rendus

Se mettre au service de notre partenaire lorsque c’est important pour lui que nous venions en soutien pour l’aider comblera son réservoir d’amour. Nous contribuons avec amour lorsque cela vient de notre cœur après notre demande « Est-ce que je peux t’aider ou faire quelque chose pour toi ? « .

Par contre, il est à bien distinguer du fait d’accomplir des services rendus sous la peur d’une réaction de l’autre, la culpabilité et le ressentiment. C’est à dire que si nous faisons des choses sous la contrainte, ce n’est plus un langage de l’amour et nous devenons le paillasson et l’objet de l’autre.

Si nous voulons apprendre le langage des services rendus, nous allons devoir analyser nos stéréotypes, nos habitudes et croyances sur notre rôle d’homme ou de femme au sein du couple afin de les faire évoluer. Par exemple, si l’homme croit que c’est son rôle est de laver la voiture et de tondre la pelouse, il peut lui paraître inimaginable de passer l’aspirateur ou de changer la couche du bébé car cela ne rentre pas dans son rôle. Ici, il aura à travailler sur cette croyance afin de venir combler le réservoir d’amour de sa femme.

Les services rendus sont un témoignage d’amour lorsqu’ils sont faits avec une intention bienveillante et sincère d’aider notre partenaire.

 

Langage de l’amour 5 : Le toucher physique

 

Le toucher physique d’amour s’exprime sous différentes formes :

  • les gestes explicites qui demandent du temps et une attention totale à celui qui les procure. Ce sont les massages ou les préliminaires amenant aux rapports sexuels. Si tel est le langage préféré de notre partenaire, nous aurons à découvrir avec son aide quels gestes il apprécie le plus.
  • les geste implicites qui demandent peu de temps mais une attention vigilante à tout moment de la journée. Cela peut être de frôler le dos de notre partenaire lorsque nous passons dans la cuisine, de poser notre main sur son épaule lorsque nous lui servons son café, de nous rapprocher de lui dans le canapé devant la télévision, de le prendre dans nos bras, de tenir sa main dans la nôtre…

 

Découvrir l’amour qui dure

En connaissant ces 5 langages d’amour :

  • les paroles valorisantes,
  • les moments de qualité,
  • les cadeaux,
  • les services rendus,
  • le toucher physique.

nous allons maintenant chercher à connaître le nôtre puis celui de notre partenaire en posant ces 3 questions :

  1. Qu’est ce que notre chéri(e) fait ou néglige et qui nous affecte profondément ?
  2. Qu’avons-nous demandé le plus souvent à notre partenaire ? C’est probablement ce qui nous ferait nous sentir mieux aimé.
  3. Comment avons-nous l’habitude d’exprimer notre amour ? Nous faisons habituellement à l’autre ce que nous préférons recevoir pour nous.

Lorsque nous choisissons d’exprimer notre amour dans le principal langage émotionnel de notre conjoint(e), nous créons un climat favorable à la résolution de nos conflits et de nos échecs passés. De même nous remplissons son réservoir d’amour, ce qui amène une sécurité et un équilibre émotionnel.

Le besoin fondamental d’amour est relié au besoin de sécurité, d’estime de soi et de reconnaissance. Quand nous nous sentons aimé, nous pouvons nous sentir plus en sécurité, renforcer notre estime de nous et être reconnu.

Les bienfaits de l’amour sont que deux personnes différentes peuvent apprendre à vivre ensemble en harmonie et à révéler le meilleur de l’autre.

 

Le commentaire d’Aurélie et Vincent

Ce livre est indispensable pour les couples qui veulent avoir une relation nourrissante et durable. Un couple est composé de deux personnes différentes avec des langages d’amour différents. Il est essentiel d’apprendre le langage de notre partenaire sous peine de compromettre notre vie couple.

Car si par exemple : nous offrons pleins de petits cadeaux et des paroles valorisantes pour montrer tout notre amour à notre partenaire alors qu’il/elle n’y est pas sensible. Nous aurons alors l’impression que tout notre amour n’est pas reçu à sa juste valeur et de son côté notre partenaire ne se sent pas aimé car il/elle a  besoin de toucher physique et de moments de qualité. Nous risquons d’éprouver du ressentiment envers notre chéri(e) et des malentendus souvent source de conflits.

Cependant, nous voulons apporter des précisions à ce que décrit Gary Chapman.
Pour nous, chacun est co-responsable de la relation de notre couple, dans le sens que nous faisons équipe pour notre épanouissement mutuel. De même, nous sommes responsable de nous-même et donc responsable d’exprimer à notre partenaire ce qui nous fait du bien et ce qui vient nourrir notre amour.

Le couple est une relation à deux, où le partage et l’intention de contribuer au bonheur de l’autre est primordial.

Pour le commander via amazon cliquez sur ce lien ou via l’image ci-dessous.

Recherches utilisées pour trouver cet articleau coeur des 5 langages de lamour