Archive

Category Archives for "Communication"

8 étapes pour faire face au silence de l’autre dans le couple

Aujourd’hui nous allons vous délivrer huit étapes pour savoir gérer cette situation délicate à savoir quand l’autre devient silencieux ou mutique.

Nous avons tous vécu ce silence ou ce mutisme dans notre couple face à l’autre, parfois incompréhensible, parfois blessant.
Il arrive dans différentes situations, suite à un conflit où il y en a un qui part s’isoler et c’est le silence radio, parfois tout d’un coup lors d’une discussion ou bien en rentrant du boulot nous tombons sur un partenaire silencieux.

Lire la suite

Recherches utilisées pour trouver cet articlecomment reagir face au silence de lautre,que faire face au silence dun homme,le silence dans le couple,comment réagir face au silence de l\autre,comment interpréter le silence d\un homme,comment rompre le silence dans un couple,comment respecter le silence de mon homme,le silence de sa copine comment y faire face,comment reagir face au silence,comment réagir à lattitude silence dun homme

5 habitudes de communication pour entretenir l’amour dans le couple

Les 5 habitudes de communication positive dans le couple

 

La 1ère habitude de communication : se dire « bonjour »

Et oui cela paraît anodin et pourtant c’est une des premières règles à instaurer en couple puisque notre réveil est le seul et le premier instant du matin où nous ouvrons les yeux, où nous prenons conscience que nous nous réveillons auprès de notre chéri(e) pour cette nouvelle journée .

Se dire bonjour, au réveil dans le lit ou si nous sommes éloignés l’un de l’autre en s’envoyant un petit message SMS, fait plaisir et chaud au cœur de sentir que notre première intention est d’être avec l’autre en se disant bonjour.

Évidemment ce n’est pas un bonjour automatique du style : « ah tiens tu es là, ah bonjour ».

C’est un vrai bonjour qui doit être fait en pleine présence, en étant réjoui d’avoir l’honneur et le privilège d’être au contact de l’être aimé, d’avoir ce cadeau formidable de nous réveiller à côté de l’être que nous avons choisi.

Et si nous ne sommes pas à côté l’un de l’autre pendant un ou plusieurs réveils et bien nous pouvons manifester ce cadeau et cette intention par le biais des outils de communication modernes, comme avec un SMS.

Dire bonne nuit rentre aussi dans cette catégorie là. Se souhaiter bonne nuit est aussi important.

 

La 2ème habitude de communication positive : se dire « je t’aime »

« Je t’aime » en se connectant à l’amour que nous avons en soi et que nous portons à l’autre.

Encore une fois, un « je t’aime » ne doit pas être automatique, c’est un « je t’aime » qui vient du plus profond de nous-mêmes, quitte à en dire beaucoup moins, mais autant que ce « je t’aime » soit vraiment quelque chose que nous ressentons, qu’il vienne du fond de notre cœur et que nous offrons à l’autre comme un cadeau de notre prise de conscience de ressentir notre amour pour lui/elle.

Se dire « je t’aime » passe par ces mots là, mais aussi par par d’autres langages de l’amour que nous avons déjà développé dans les 5 langages de l’amour. Rappelons les rapidement : cela peut-être des paroles valorisantes, des moments de qualité, des cadeaux, des services rendus (je te sens un peu fatigué ce soir je vais m’occuper des devoirs des enfants et préparer le dîner pour te libérer du temps) ou les toucher physique (les contacts, les caresses, s’enlacer dans les bras, s’embrasser…).
Tous ces gestes et ces langages qui signifient notre tendresse et notre amour.

 

La 3ème habitude de communication positive : exprimer notre réjouissances et notre gratitude

Et oui, nous avons tellement l’habitude d’exprimer surtout notre malheur et tout ce qui ne va pas au quotidien (les bouchons, telle difficulté qui est là, les enfants qui vont pas…) mais est-ce que nous prenons assez de temps pour exprimer notre réjouissance, notre gratitude, tout ce qu’il y a de positif, tout ce que nous faisons et ce que nous voyons de bien au quotidien.

Et bien cela vaut vraiment le coup de prendre du temps pour prendre conscience de cela. Prendre conscience et reconnaître toutes les choses positives que l’on vit avec notre partenaire, grâce à lui parfois, tout ce qui est agréable, tous les bienfaits, tous les services rendus, toutes les petites attentions. En fait, tout ce qui réchauffe le cœur et entretien l’amour dans le couple.

 

La 4ème habitude de communication positive : rire ensemble

Se réjouir ensemble avec gaieté et légèreté. Profiter de tous ces moments qui sont subtils, parfois fugaces, selon le type de vie que nous avons. Dans tous les cas, nous vivons tous des moments où nous pouvons rire ensemble. Nous pouvons prendre certaines situations, certaines paroles ou ce que nous voyons avec légèreté et gaieté. Et ainsi rire avec cela, sans moquerie, avec le rire du cœur.

 

La 5ème habitude de communication positive dans le couple : s’écouter mutuellement

S’écouter mutuellement, nous permet de partager notre intimité, ce qui est profondément intérieur, ce qui est vivant, ce qui est présent à l’intérieur de notre être. Tout ceci contribue à nous rapprocher, à créer de la proximité dans le couple.

Et nous en venons enfin à tous les bénéfices que peuvent avoir ses habitudes de communication dans le couple.

 

Les bénéfices de ces 5 habitudes de communication positive pour le couple

Le premier bénéfice de ces habitudes de communication est d’augmenter le sentiment de sécurité. Dès lors que nous avons de belles habitudes de communication, nous avons notre sentiment de sécurité, que nous éprouvons vis-à-vis de notre partenaire, qui augmente inévitablement. Et de ce fait, cela augmente aussi la confiance que nous ressentons, la confiance en nous mais aussi la confiance en notre partenaire.

Le deuxième bénéfice est d’accroître la sérénité et l’apaisement dans notre couple. C’est un sentiment qui instaure la paix dans notre couple grâce à ces habitudes de communication positive.

Le troisième bénéfice est le rapprochement du couple. Oui dès que nous commençons à porter une attention particulière à notre communication, comme de dire « bonjour », dire « je t’aime », exprimer de la réjouissance, rire ensemble et s’écouter. et bien cela augmente inévitablement le rapprochement entre les partenaires de vie dans un couple.

Un autre bénéfice est que ces habitudes positives contribuent à l’ancrage de l’amour dans le couple et dans chacun des partenaires. Puis, au fur et à mesure, cela contribue au déploiement de l’amour dans le couple jusqu’à son rayonnement d’amour perçu de l’extérieur.

Et enfin cela apporte un sentiment de bonheur et de joie intense d’être ensemble. C’est ce sentiment de complétude que nous pouvons ressentir lorsque nous sommes dans ce couple où nous communiquons facilement, de façon fluide. Nous nous connectons alors encore plus à nous-même et encore plus à notre couple. Nous nous sentons tout simplement bien dans notre couple et c’est ça qu’on appelle la complétude.

Nous avons l’impression que nous n’avons besoin de rien de plus dans notre vie, c’est aussi l’autre nom que l’on donne au bonheur.

Nous espérons que cet article vous aura aidé dans votre communication en couple. Vous avez pu voir que ces cinq habitudes ne sont pas si compliquées que ça et qu’il suffit simplement d’y porter un peu plus attention, un pas après un autre pas, chaque jour.

Aurelie & Vincent

Vos coachs et thérapeutes en développement personnel qui vous accompagne vers votre communication positive en couple et vers votre plein amour.

Et vous, qu’avez-vous pensé de cet article ?

Partagez votre ressenti et vos expériences dans les commentaires.

Si vous avez aimé, cliquez sur Partager !

Dépasser en 4 étapes la déception quotidienne dans son couple

4 dépasser déception - http://mon-couple-et-moi.com
Nous vivons tous des déceptions plus ou moins fortes au sein de notre couple qui nous gâchent la vie et nous questionnent même parfois sur le bien-fondé de notre couple. Ces déceptions peuvent être le terreau fertilisant à des reproches, frustrations et comportements créant de la tension au sein du couple. Pourquoi sommes-nous aussi déçus parfois de notre partenaire ? Être déçu(e) fait-il partie de la vie de couple ? Comment dépasser nos déceptions au quotidien ?

 

Pourquoi sommes-nous déçu(e) ?

La déception est un sentiment que nous éprouvons lorsque nous vivons une situation qui ne correspond pas à nos attentes, nos espérances ou à nos valeurs.

Cela est particulièrement vrai dans une relation de couple dans laquelle nous pensons ou nous nous attendons parfois inconsciemment à ce que notre partenaire se comporte de telle manière ou fasse telle chose, puis avec surprise c’est l’inverse qui se produit.
C’est là que le sentiment d’être déçu(e) arrive, car ce qui est fait ou dit par notre chéri(e) ne correspond pas à ce que nous nous attendions ou espérions. Nous ne sommes pas satisfait de la situation.

Nous vivons toutes sortes de déception, de la plus petite comme :

  • « Il a encore oublié de ranger ses chaussures dans le meuble »
  • à la plus forte comme « Elle avait dit qu’elle ne le dirait à personne et elle n’a pas tenu sa parole »
  • ou « Il a oublié notre soirée en amoureux pour finir un dossier au travail »
  • ou « Nous nous étions engagés chacun à faire attention, à faire des efforts pour passer plus de temps ensemble et finalement il/elle ne fait plus d’effort ».

La déception que nous pouvons vivre le plus intensément peut-être bien évidemment le chagrin d’amour. Nous vous invitons à lire à ce sujet le dernier article de notre ami Alexandre Cormont : Surmonter un chagrin d’amour.

Enfin chacun de nous avons nos propres déceptions plus ou moins grandes en fonction de nos attentes !

 

Être déçu(e) fait-il partie de la vie de couple ?

Oui et non.

Oui, la déception fait partie de la vie de couple puisque nous sommes deux personnes différentes avec deux visions différentes de voir le monde, avec deux histoires passés et vécues différentes qui nous ont marqué et qui nous ont conditionnés dans des modes de penser et d’agir différents.
(Voir les différences Homme-Femme : dans la relation et leurs besoins).

Ainsi, lorsque nous sommes témoin de la différence de l’autre dans sa manière d’être ou de faire, cela peut nous amener à être déçu(e) et à réagir parfois fortement contre notre partenaire car ce qu’il/elle est ou a fait ne correspond pas à notre vision, à nos attentes ou à nos espérances.
Dans ce cas nous ne l’accueillons pas mais réagissons en rejetant sur l’autre notre insatisfaction de la situation.

D’ailleurs, la déception fait partie de la vie même en dehors du couple, puisque le monde nous entourant ne correspond à notre vision intérieur du monde.

Et non, la déception ne fait pas partie de la vie de couple puisque nous sommes déçu(e) que lorsque nous avons des attentes sur l’autre.
Si nous n’espérons ou n’attendons rien de l’autre et que nous vivons dans le présent avec assez de conscience et d’ouverture du cœur, nous pouvons accueillir tout ce qui ce présente à nous sans être déçu, sans être affecté. Serait-ce la clé du bonheur intérieur, ne rien attendre des autres ?

Mais étant en chemin vers notre bonheur intérieur, comment faire pour dépasser notre déception ?

 

Dépasser notre déception en 4 étapes

 

Prendre un temps de recul

Dans notre vie de couple, quand nous ressentons de la déception, nous pouvons prendre un temps de pause et nous repasser la scène qui nous a déçu mentalement afin de voir et de comprendre ce qui provoque en nous ce sentiment de déception.
Ce temps de pause, si nous le faisons immédiatement nous permet de ne pas réagir du tac au tac à notre partenaire et ainsi éviter d’entamer le cercle vicieux du système relationnel dramatique qui commence par de simples reproches ou critiques et qui s’alimentent du jeu « qui a tord et qui a raison » sans fin.

Prendre le temps de comprendre ce qui se passe à l’intérieur de nous-même est primordial pour évoluer et ainsi éviter les scénarios conflictuels à répétition.

 

Prendre notre responsabilité

Lorsque nous ressentons de la déception, c’est bien nous qui sommes déçu(e) et non notre partenaire. La responsabilité de ce sentiment est donc la nôtre, puisque c’est chez nous que cela apparaît !

Ainsi, prenons notre responsabilité vis-à-vis de nous-même et évitons par conséquent de faire porter la faute sur notre chéri(e).
Ce n’est pas notre partenaire qui est responsable de nos sensations et de nos sentiments mais bien nous qui éprouvons des sensations et des sentiments vis-à-vis de la situation que nous avons vu ou entendu.
Ce n’est pas la situation qui nous trouble mais bien nous qui nous troublons avec cette situation !

Prendre notre responsabilité est essentiel pour une vie de couple harmonieuse et épanouissante car cela évite les conflits du genre « c’est de ta faute – non c’est de la tienne » cherchant sans fin le responsable sur qui rejeter toutes les insatisfactions.

 

Action vis à vis de nous-même

Une fois que nous avons pris un temps de pause et pris conscience que nous sommes responsable de notre sentiment de déception, nous pouvons nous mettre à notre écoute intérieurement pour comprendre ce qui nous fait ressentir ce sentiment.

Qu’est ce qui en nous s’exprime en manifestant cette déception ?

Derrière un sentiment de déception, il y a quelque chose de plus profond en nous qui s’exprime.
Cela peut être un besoin important pour nous, comme par exemple :

  • un besoin d’ordre et de propreté derrière « Il a encore oublié de ranger ses chaussures dans le meuble »
  • un besoin de respect et de confiance derrière « Elle avait dit qu’elle ne le dirait à personne et elle n’a pas tenu sa parole »
  • un besoin de considération et de partage derrière « Il a oublié notre soirée en amoureux pour finir un dossier au travail« 
  • un besoin de proximité et de soutien dans notre engagement derrière « Nous nous étions engagé chacun à faire attention, à faire des efforts pour passer plus de temps ensemble et finalement il/elle ne fait plus d’effort« .

Lorsque nous trouvons le ou les besoins importants qui se trouvent derrière notre déception et que cela fait sens en nous, nous pouvons ressentir un apaisement, une certaine détente corporelle nous signifiant que ce sont bien ces besoins importants qui s’expriment. Prenons ainsi le temps de nous accueillir avec bienveillance et amour.
Peut-être qu’une action nous viendra à l’esprit afin de nourrir notre besoin par nous-même.

 

Notre déception peut aussi être un signal d’une partie de notre être intérieur qui n’est pas satisfaite de la situation.
Cette partie de nous, en nous montrant un ou des besoins importants pour elle, nous ramène à une partie de notre histoire passée qui s’approche de près ou de loin à ce que nous vivons dans la situation présente.

Ce moment vis-à-vis de nous-même est ainsi l’occasion d’aller rencontrer avec toute notre bienveillance cette partie de nous, de nous écouter pour nous unifier et ressentir l’amour pour nous-même.
Voir l’article sur les enfants intérieurs.

Tout est chemin d’apprentissage personnel. Nous avons le choix à chaque instant de saisir l’occasion d’apprendre et d’évoluer vers le meilleur de nous-même.

 

Action vis à vis de notre partenaire

Cette action est facultative et fonction de notre choix en connaissance et en conscience.

Lorsque nous avons pris le temps d’aller découvrir et accueillir en nous le(s) besoin(s) insatisfait(s) qui s’exprimai(en)t derrière notre déception, nous pouvons si nous le souhaitons communiquer notre découverte intérieure à notre partenaire de vie, en prenant bien garde de ne parler que de nous et de ne pas parler de lui/elle.

Si notre besoin est très important pour nous, nous pouvons, après notre partage, faire une demande à notre partenaire en lien avec notre besoin afin de trouver ensemble une manière de le satisfaire.

En général, après un partage de notre intériorité, nous nous sentons plus proche l’un de l’autre et notre partenaire a plus l’élan de contribuer à notre besoin et notre bien-être, sachant que c’est important pour nous.

De même, si nous sommes allés à notre rencontre intérieure avec une partie de notre enfant intérieur, nous pouvons si nous le désirons le communiquer à notre chéri(e).

 

Tout partage de notre intériorité même si cela nous semble être de la vulnérabilité contribue à souder le couple, à créer de la proximité et de l’amour.

 

Aurelie & Vincent

Vos coachs et thérapeutes en développement personnel qui vous accompagne à dépasser vos déceptions en couple.

 

Et vous, qu’avez-vous pensé de cet article ?

Partagez votre ressenti et vos expériences dans les commentaires.

Si vous avez aimé, partagez-le sur facebook !

 

 

Recherches utilisées pour trouver cet articledeception dans un couple

La puissance de la gratitude dans le couple

Gratitude - http://mon-couple-et-moi.com

Combien de fois par jour disons-nous « merci » à notre partenaire de vie ? Une fois quand il nous sert le café et puis une autre fois quand il nous passe notre sac avant de partir au boulot le matin ? Est-ce des merci automatiques de politesse ou bien des merci de gratitude, exprimant toute notre reconnaissance et notre amour pour ce qu’à fait notre partenaire pour nous ?
A quoi sert la gratitude ? Et comment bien l’exprimer ?

 

La gratitude pour sortir d’un automatisme en couple

 

Au fil du temps, nous nous habituons à ce que notre partenaire fait pour nous, trouvant cela normal comme si c’était dû. Nous avons tellement l’habitude qu’il soit présent quotidiennement à nos côtés, qu’il fait comme parti du décor. Nous oublions de remercier notre partenaire d’être encore là, à nous offrir sa présence auprès de nous.

Nous vivons ensemble par automatisme. L’un a l’habitude de faire les courses et de les ranger puis de faire à manger. L’autre a l’habitude de sortir les poubelles, de mettre la table et de nettoyer la vaisselle. L’un s’occupe du ménage de la maison, l’autre celui des voitures… Chacun fait des choses pour le couple machinalement sans être remercier, sans recevoir de reconnaissance de le faire.

Nous finissons par favoriser plus le monde du faire et de l’agir que celui d’être présent. Nous finissons par croire que chaque personne dans le couple est obligée de faire sa part des choses obligatoires. Nous vivons ces tâches organisationnelles comme contraignantes alors que nous choisissons de les faire pour notre mieux-être au quotidien. En effet, nous nous sentons mieux dans une maison rangée, en mangeant un bon repas dans une assiette propre…
Alors, c’est en oubliant la véritable raison (notre mieux-être) de faire ce que nous faisons que nous focalisons plus notre attention sur : Est-ce qu’il a fait autant d’efforts que nous dans les tâches quotidiennes ? Nous jugeons et critiquons le résultat de ce que fait l’autre, nous nous comparons… jusqu’à créer des disputes vis à vis de ces actions.

Nous créons ces conflits parce que nous portons notre attention sur tout ce qui ne va pas, tout ce qui n’est pas parfaitement fait (selon notre point de vue), sur le verre à moitié vide. Bref sur tous les aspects négatifs que nous pouvons trouver sur les actes de l’autre afin d’attirer l’attention sur nous !
À ce moment là, un de nos besoins les plus fondamentaux dans la relation de couple est en manque, n’est pas comblé quotidiennement. Alors tout cet automatisme relationnel se met en place dans un seul but : celui de recevoir de la reconnaissance pour ce que nous avons fait et pour qui nous sommes ! 

 

La gratitude pour entretenir la flamme de l’amour

 

La gratitude permet de remercier notre partenaire d’être là auprès de nous et de nous faire le don de sa présence chaque nouvelle journée. Voir notre relation de couple comme non acquise permet de profiter de chaque jour et de chaque moment passer ensemble.
Ainsi, à chaque réveil, nous pouvons dire : « bonjour mon amour« , « je suis heureux(se) de pouvoir me réveiller coller contre toi, de pouvoir t’enlacer et sentir ta présence« , « j’aime me réveiller en sentant la chaleur de ta peau nue sur la mienne« , si nous dormons nu bien sûr 😉 !
Apprécier, aimer la présence de notre partenaire et le lui exprimer est également possible chaque soir en se couchant et à tout moment de la journée.

La gratitude permet de dire tout le bien que nous pensons de notre partenaire, d’exprimer ce que nous apprécions comme son soutien, ses attentions, certains aspects de sa personnalité ou de sa façon d’être avec nous.
Elle est une preuve d’amour qui déclenche en nous un sentiment de joie et de bonheur intérieur.

La gratitude porte aussi bien sur l’être qu’est notre compagnon/e que sur les actions qu’il/elle fait chaque jour pour nous rendre la vie plus belle.
En effet, dès lors que nous choisissons de voir les aspects positifs plutôt que négatifs, nous prenons conscience que notre partenaire fait un tas de choses, en y consacrant du temps, pour nous et notre mieux-être. Le remercier d’avoir fait les courses, passer l’aspirateur ou d’avoir préparer tout le repas nous permet de nous libérer de ce temps pour faire ce qu’il nous plaît (lire un livre, prendre un bain…). En fait il nous offre la liberté de faire autre chose !

Alors, le remercier d’avoir contribuer à notre bien-être permet de perpétuer cet élan naturel du cœur, cet amour qui nous amène à vouloir rendre heureux l’autre.
Nous apprenons à être plus présent à l’autre et à savourer chaque instant de tendresse, de sensualité, d’attention, d’écoute et de communication

La gratitude, nous pouvons bien évidemment en donner et en recevoir. Ainsi, lorsque nous la recevons de notre chéri(e), elle nous fait nous sentir unique, important, apprécié et aimé pour ce que nous sommes aux yeux de l’autre. De plus elle entretient la proximité du couple et renforce l’amour. Lorsque nous sommes remerciés pour nos attentions ou nos actions, nous ressentons la réjouissance d’avoir contribuer au bonheur et à l’amour dans notre relation de couple.

La gratitude génère un cercle vertueux et positif entre les partenaires d’un couple.

 

Les bases pour exprimer notre gratitude

 

L’auto-gratitude

La gratitude vis-à-vis de notre conjoint(e) passe avant toute chose par notre propre capacité à nous en fournir individuellement. Ainsi, nous pouvons être attentif à notre relation à nous-même. Pour trouver l’équilibre et être heureux sur le long terme, un couple a besoin de 5 messages de reconnaissances positifs par jour contre 1 message négatif. Il en va de même nous concernant. Combien de messages bienveillants de gratitude et de reconnaissance pour ce que nous avons accompli, dépassé mais surtout de qui nous sommes nous procurons-nous chaque jour ? Bien souvent, ce sont plus les mots négatifs, les jugements et les dévalorisations que nous nous infligeons. Ainsi, avec un peu plus de conscience et d’attention à nous-même, œuvrons pour nous fournir de l’auto-gratitude dès que possible.

L’intention

L’intention est la clé de voûte d’un authentique message de gratitude. En d’autres termes, avec quelle conscience et dans quelle énergie mettons-nous en mots ce que nous ressentons à l’intérieur de nous ? L’intention, c’est commencer à fournir le message, avant même de l’avoir structuré en mots.

L’intention se transmet notamment par les neurones miroirs que chacun possède au niveau de son lobe pré-frontal (derrière le front). Tous les plus beaux messages de gratitudes du monde n’ont de valeur ou de poids qu’à l’aune de l’intention qu’ils transportent. Dans le cas contraire, il y a manque de cohérence et l’être qu’est notre partenaire, va le ressentir au travers d’une gêne, d’un doute, d’une sensation physique désagréable, etc. Soyons attentif à notre intention avant de construire notre message.

Les attitudes

Nous pourrions comparer nos attitudes à nos intentions mais en mode visible. Ainsi, le message de gratitude que nous nous offrons ou que nous offrons à l’autre révèle toute sa beauté qu’avec un langage non-verbal congruent. Si nous délivrons un message de gratitude de joie par exemple et que nous faisons une tête renfrognée et mécontente, notre partenaire va avoir un léger doute quant à notre sincérité. Par ailleurs, les attitudes positives et chaleureuses ne sont pas à réserver exclusivement à ces moments de partage, ils sont à offrir à chaque instant.

L’écoute et l’état d’être

De notre point de vue, l’écoute est le plus beau cadeau que nous puissions offrir à notre chéri(e). Être écouté par notre partenaire, sans interruption avec un accueil inconditionnel de notre état, pouvoir se dire et partager notre vulnérabilité est en lui-même un instant de gratitude fabuleux.

Nombreux sont ceux d’entres-nous qui ont un partenaire incapable de les écouter au niveau de l’être, c’est-à-dire sans se focaliser sur ce qui est dit mais plutôt en se mettant au contact de qui le dit. Pouvoir faire cela, c’est se mettre dans une posture de bienveillance et d’accueil de qui est l’autre, tel qu’il/elle est, sans aucune intention de la changer ou de modifier quoique se soit chez lui/elle. Mais rassurons-nous cela s’apprend, et avec un peu d’entraînement cela change complètement la relation de couple.

De même, être capable de recevoir un message de gratitude avec le cœur grand ouvert demande une humilité et une posture d’accueil qui vient nourrir l’être profond que nous sommes et peut-être même satisfaire certaines parties de nous.

Conclusion

En conclusion, la gratitude permet d’embellir notre vie au quotidien. C’est l’ingrédient qui permet d’entretenir une relation harmonieuse et une communication basée sur la reconnaissance. C’est être conscient que chaque jour est différent et que chaque jour nous avons le choix de nous impliquer dans notre couple à la hauteur du bien-être et du bonheur que nous souhaitons.

La gratitude ne se résume pas à dire merci. Elle honore la dynamique de notre couple et rend précieuse la joie de nous accompagner ensemble sur le chemin de notre vie. La gratitude est telle de la lumière que nous mettons vis-à-vis de nous-même et de notre partenaire de vie, pour redonner toute sa valeur au joyau de notre amour.

Chaque jour, nous pouvons ensemble célébrer toutes nos réussites, nos explorations au-delà de nos zones de confort, nos attentions à nous-même et à l’autre. Ainsi, plus nous transmettons et communiquons notre gratitude, plus notre regard et notre énergie se porte sur des éléments nourrissants pour la qualité de notre relation à deux.

 

Aurelie & Vincent

Vos coachs et thérapeutes qui vous accompagnent pour une vie de couple pleine de gratitude.

 

Et vous, qu’avez-vous pensé de cet article ?

Partagez votre ressenti et vos expériences dans les commentaires.

Si vous avez aimé, partagez-le sur facebook !

crédit photo : fotolia

 

Utilisez-vous ce système relationnel dramatique dans votre couple ?

Système relationnel dramatique - http://mon-couple-et-moi.com/

De nombreuses personnes vivant en couple ne sont pas satisfaites de leur relation avec leur partenaire. D’ailleurs de nombreux indices fournissent la preuve que notre relation de couple est basée sur un système relationnel pernicieux et pervers. À plus ou moins long terme, ce système relationnel nous entraîne dans des réactions de soumission ou d’opposition, dans une non confiance et un non amour de soi puis envers l’autre, nous entretenant dans un état d’insatisfaction et dans un cercle vicieux de dépendance et de violence envers l’autre et envers soi. 

Alors quels éléments reconnaissables font de nous un couple qui utilise ce système relationnel pernicieux et dramatique ? Quels effets réactionnels obtient ce système ?

Les manifestations du système relationnel pernicieux dramatique

Les injonctions sur notre partenaire

Nous avons tous reçu très tôt des injonctions ou des ordres de nos parents du type : « tu dois être gentil avec ton petit frère, il est plus petit », « tu dois manger de tout, dans la vie il ne faut pas être difficile », nous dictant ainsi la conduite à avoir, nous déresponsabilisant très tôt de nos actes, de nos pensées et de nos sentiments.

Il est alors tout à fait habituel de voir ce système se poursuivre dans toutes nos relations avec des « tu dois », « tu devrais », « il faut que », « tu me… » (culpabilisant), « si tu… ».

Par exemple dans le couple :
« Tu devrais passer plus de temps à la maison, tu verrais comme ça tout ce qu’il y a à faire ! »
« Il faudrait que tu arrêtes de regarder ces bêtises à la télé, tu perds ton temps… »
« Tu me mets la pression, j’en ai marre de tout faire. »
« Tu m’énerves à toujours oublier de faire ce que je t’ai demandé. »
« Si tu m’aimais, tu arrêterais d’inviter tes copains que je ne supporte plus. »

Toutes nos injonctions parlent « sur l’autre », le définissent et le cataloguent dans une case. Elles nous permettent de ne pas nous impliquer et de nous déresponsabiliser dans ce que nous ressentons, reportant la faute ou l’obligation sur l’autre. Nous remettons en question l’autre en oubliant de nous remettre en question nous-même.

Nous pouvons remarquer que ce système est basé sur la croyance que nous affirmons notre place en nous affrontant à l’autre, qu’il doit y en avoir un qui a raison et un qui a tord, qu’il faut un dominant et un dominé. Nous sommes dans un rapport de force et de pouvoir sur l’autre.

Ces mêmes injonctions, nous pouvons aussi avoir l’habitude de nous les donner à nous même comme :
« Je dois être une femme dévouée et exemplaire à la maison pour le bien-être de ma famille. »
« Il faut que je sois fort sinon les autres vont me marcher dessus. »

Les menaces et les chantages

Lorsque nous menaçons notre partenaire, en lui annonçant un risque à venir, nous limitons sa liberté de choix, nous entretenons sa dépendance et nous freinons sa prise d’initiative.
Quand nous utilisons le chantage, nous tentons d’imposer notre influence sur le comportement de notre partenaire, souvent avec l’aide d’une menace et d’un jugement.
Les menaces et les chantages sont une stratégie pour soumettre l’autre à nos injonctions. Nous sommes dans un rapport de dominant-dominé où l’un exerce son pouvoir sur l’autre et l’autre se soumet en acceptant le pouvoir du premier.

Par exemple :
« Si je découvrais que tu me trompes, je te massacrerai. »
« Tu ne m’écoutes jamais, tu verras un jour tu n’auras plus personne à écouter. »
« Si tu ne m’aides pas à nettoyer la maison avant que ta famille arrive, je ne prépare rien à manger pour eux ! »
« Si tu n’es pas rentrée à la maison d’ici 20 minutes, tu vas voir ce qui va arriver. »

Les dévalorisations, les reproches et les jugements

Quand quelque chose nous gêne ou nous dérange chez notre partenaire, nous avons l’habitude de le dévaloriser, lui faire un reproche et de le juger dans le but de le stimuler à changer son comportement. Mais notre stratégie n’obtient rarement l’effet escompté sans désagrément pour notre relation car nos messages sont avec une intention sur l’autre et ne sont pas coopératifs. Une fois encore, nous sommes dans un rapport dominant-dominé ou persécuteur-victime.

Dans ce registre nous trouvons tous les reproches, les plaintes, les insultes, l’ironie, les humiliations, les généralisations, les comparaisons, les disqualifications et tous les jugements.

Par exemple :
« Tu vois, quand tu veux bien te donner la peine, tu y arrives ! »
« Tu as vu les autres couples, ils sortent eux. »
« Tu pourrais faire des efforts vestimentaires quand même, tu as vu la femme de Pascal, elle toujours élégante avec peu de moyen financier ! »
« On ne peut jamais te faire confiance. »
« Tu n’as jamais été capable de tenir tes engagements. »

Les culpabilisations

En utilisant la culpabilisation, nous laissons croire à notre partenaire qu’il est responsable de notre malaise et de notre souffrance. Nous donnons ainsi la responsabilité de notre bien-être à notre partenaire, nous déresponsabilisant par la même occasion de tous nos ressentis et réactions.
La culpabilisation va souvent avec un reproche et vise à changer le comportement de l’autre qui se sentira coupable du mal être de sa/son partenaire. La personne recevant la culpabilisation se chargera ainsi du poids de bien faire pour sa/son partenaire, faisant ainsi des efforts pour tenter de combler ses attentes et de la/le rendre heureuse(x) quitte à en oublier ses propres désirs et besoins qui passeront en derniers.

Par exemple :
« Ça ne te fait rien à toi que j’annule mon rendez-vous parce que tu as décidé d’inviter tes amis chez nous au dernier moment, ça ce voit que c’est pas toi qui prépare tout ! Je sens que je ne suis pas loin de la dépression avec autant de stress que tu me donnes ! »
« Tu ne te rends pas compte de ce que tu me demandes encore, avec tout ce que je fais pour toi, je suis déjà épuisé, je vais finir au bout du rouleau. »

 

Les effets de ce système relationnel dramatique

 

Ce système étant basé sur la non-remise en question de nous-même, il accuse notre partenaire et le met en cause dans notre insatisfaction.
Dans notre couple, nous utilisons inconsciemment ce système régulièrement aussi bien dans un sens que dans l’autre. Ensuite, nous ne comprenons pas pourquoi l’autre ne change pas, malgré nos messages (certes piquants, blessants et avec forces mais que nous croyons bons pour l’autre) et pourquoi les tensions et les conflits sont de plus en plus présents dans notre vie de couple.

En fait, ce système de communication se perpétue par des réactions en chaîne, plus ou moins inconscientes, comme :

La soumission, le retrait et l’auto-privation

Ce sont des effets que peuvent avoir ce système relationnel de pouvoir sur l’un ou l’autre des partenaires. De peur de perdre l’autre ou d’envenimer d’avantage la relation de couple, l’un des partenaires peut accepter la vision ou le choix de l’autre à contre cœur, en mettant au placard sa propre vision et ses valeurs personnelles. En se mettant ainsi dans une position de soumission ou de victime, nous nous auto-privons de nous exprimer librement, nous nous mettons alors en retrait. Cette position est plus souvent prise par la personne qui doute le plus et qui a peu confiance en elle.

Dans la soumission, il y a la négation de nous-même, la notion de sacrifice pour l’autre, la pseudo-acceptation, l’attitude passive de dépendance affective. Dans un couple, souvent c’est la même personne qui prend cette position mais elle peut être prise alternativement par les deux personnes suivant le sujet en question.

Cette réaction de soumission a pour effet de stopper momentanément la tension ou le conflit. En surface tout va à peu près bien, il y a peu de disputes. Mais au fil du temps, elle entraîne insatisfaction, frustration, mal être, rancœur à l’intérieur de la personne qui se contraint pour l’autre. Parfois, la personne en retrait fini par se désengager de la relation de couple, en se disant « à quoi bon », « ça ne sert à rien ».

L’opposition et l’agression

L’opposition est une réaction de rejet et d’agressivité. Dans ce cas là, nous gardons notre position et notre point de vue sur le sujet, refusant tout autre point de vue. Nous surenchérissons dans la critique, l’accusation, le jugement et la disqualification de l’autre, tout en justifiant notre vision.

Nous sommes dans un combat de qui a tord, qui a raison, nous voulons affirmer et imposer notre pouvoir sur l’autre, nous tentons d’influencer le comportement de l’autre par tous les moyens possibles pour qu’il corresponde enfin à nos attentes. 
Nous n’acceptons pas la différence de l’autre sur le sujet en question.
Nous sommes dans une vision binaire : soit l’autre est de notre côté avec nous, soit il est contre nous. Ainsi, nous acceptons que ce qui va dans notre sens et rejetons tout ce qui va à notre encontre ou est juste différent de nous.

Ces réactions d’opposition et d’agression entretiennent les tensions et les conflits dans le couple, engendrant insatisfaction et mal être chez les partenaires.

La fuite, la dérobade

Cette attitude de fuite dans le silence et dans les actions survient généralement au bout d’un certains nombres d’années de soumission, d’opposition et de non-expression.

En effet, lorsque notre partenaire nous parle ou nous soulève une difficulté, nous nous dérobons dans le silence ou dans la fuite physique pour échapper au pouvoir que l’autre veut nous imposer. Ainsi nous nous désengageons de notre relation de couple en niant ce que notre partenaire veut nous dire ou faire. Nous ne prenons plus position, nous laissons l’autre seul. Dans ce cas là, notre partenaire se sent frustré et blessé de ne pas être entendu et reconnu.

Le couple devient alors une cohabitation avec certains avantages matériels où toute véritable communication de soi est empêchée. L’amour et la proximité est comme perdue.

 

Pour conclure

Ce système relationnel dramatique, tentant d’influencer l’autre, est tellement répandu qu’il existe dans toutes nos relations aussi bien dans le couple, dans la famille, qu’avec les amis ou encore au travail…
Nous y sommes tellement habitués, que nous croyons qu’il fait partie de la vie, que c’est la société qui veut ça… Et là encore nous mettons en cause des faits extérieurs à nous-même, oubliant même de nous remettre en question.
Car ce système relationnel se perpétue dès lors qu’il y a deux personnes pour y participer !

Alors, pourquoi nous participons encore à ce système s’il ne nous convient pas ? Parce que nous y trouvons un bénéfice, une certaine zone de confort et de sécurité dans ce système bien connu, nous empêchant de nous diriger vers le changement encore inconnu, suscitant en nous certaines craintes et peurs.

Et si nous décidions de nous diriger vers un système de communication plus respectueuse de chacun, dans une bienveillance relationnelle :

  • où ce que l’être ressent est le plus important,
  • où chacun s’exprime au « je » en prenant sa propre responsabilité
  • et où chacun apprend à s’ouvrir à toute la richesse des partages offerts et reçus.

Et si nous contribuerions à notre propre bien-être, à développer notre confiance en nous et notre amour propre en apprenant petit pas par petit pas à révéler le meilleur de nous-même.

Nous verrons dans de prochains articles : comment commencer ce chemin vers le meilleur de nous-même en prenant le temps d’aller nous rencontrer.

 

Aurelie & Vincent
Vos coachs & thérapeutes en communication consciente et bienveillante pour améliorer votre vie de couple.

 

Et vous, qu’attendez-vous pour vous donner le meilleur de vous-même ? 

Dites-nous dans les commentaires ce que vous avez pensé de cet article.

Si vous avez aimé, partagez-le sur facebook !

crédit photo : deagreez