Baiser ou faire l’Amour ? Notre expérience…


Baiser ou faire l'amour
Dans le cadre d’une relation sans lendemain ou d’un plan cul, le terme baiser est généralement bien accepté.

Mais qu’en est-t-il dans le cadre d’un couple établit ? Peut-on parler de baise ou non ?

 

Le pouvoir des mots ou plutôt de ce que l’on y met derrière.

Notre expérience : au tout début de notre histoire, je ne comprenais pas quand j’entendais la voix tendre et amoureuse de mon partenaire de vie, Vincent, me dire : « J’adore baiser avec toi, c’est tellement bon. » 

Le mot « baiser » provoquait en moi une réaction immédiate de défense et de rejet, je n’aimais pas ce mot que je trouvais vulgaire et non respectueux ! C’est comme, si tout à coup, je devenais une salope vulgaire et non respectable à ses yeux. C’était terrible.

Alors moi, sur un ton rectificatif, je lui répondais : « Moi, j’adore comme nous faisons l’amour. »

Vincent : « Oui, c’est la même chose ! »

Moi : « Pardon ? Comment ça ? Ce n’est pas la même chose pour moi ! »

Interrogatifs, nous avons alors pris un moment pour communiquer chacun notre définition personnelle (ou plutôt notre interprétation de ces mots) afin de comprendre la réalité de l’autre.

 

Baiser.

Pour moi, Aurélie :

Baiser, évoquait en moi un côté animal sauvage dépourvu de toute morale respectueuse.

Je  sous-entendais un acte sexuel cru ou intense sans amour, sans sentiments et sans attention envers l’autre, en gros une partie de jambes en l’air rien que pour le plaisir sexuel (et surtout celui des hommes dans ma croyance).

Il est vrai que l’expression populaire « se faire baiser » a certainement influencé mon interprétation négative de ce mot « baiser » que j’associais ainsi :  pour les hommes = « tirer un coup », « niquer », « sauter » et pour les femmes = « se faire baiser », « se faire avoir », « être tromper » car vide d’amour, de sentiments, de plaisir et sans respect.

Je voyais aussi la « baise » comme une action de l’homme sur la femme, c’est à dire que l’homme avait un tel désir sexuel urgent qu’il sautait littéralement sur la fille qui, elle, était plutôt passive ou se laissait faire.

Une autre idée reçue que j’avais, baiser c’est rapide, comme les lapins ! En gros : pénétration, vas-et-viens soutenus et éjaculation ! Autant dire que je ne voyais pas la possibilité d’avoir le temps de prendre mon pied et de jouir !

Donc je me disais que c’était un truc d’homme de vouloir « baiser » que ce n’était pas pour moi.

Quand j’entendais « baiser », je me sentais comme une salope, quelqu’un que l’on ne respecte pas, que l’on n’aime pas et que l’on désire que pour son cul. D’où ma réaction immédiate de rejet dès que j’entendais mon partenaire me le dire, cela pouvait même me couper en pleine action !

 

Pour moi, Vincent :

Je me souviendrai toujours du regard d’Aurélie la première fois que je lui ai dit  « J’adore baiser avec toi … « 

J’ai bien vu que nous n’étions pas sur les mêmes bases quant à ce terme !

De mon côté baiser est mon terme préféré et le plus exact pour décrire un acte physique, émotionnel et de connexion profonde qui honore l’amour.

J’ai eu la chance d’avoir des enseignants de français qui s’attachaient aux origines des mots, à leur étymologie. Le terme baiser à l’origine vient du latin basiare qui signifiait : appliquer ses lèvres sur une partie du corps ou d’une chose en signe d’affection ou de respect. 
Ce n’est qu’au 13° siècle que ce verbe est utilisé dans les relations amoureuses où il va prendre par la suite une signification argotique de se faire avoir.
C’est au 20° siècle après la seconde guerre mondiale que ce terme a pris son essor, et pas des meilleurs avec la pornographie, pour parler des « rapports sexuels« .

Aujourd’hui, je garde dans mon intention et mon énergie le verbe baiser ma partenaire au sens noble du terme, c’est à dire que j’applique mes lèvres (mais pas seulement) sur chaque partie du corps de ma compagne de vie en signe d’affection et de respect.
L’intensité varie bien évidemment d’une fois à l’autre, et même d’un instant à l’autre pour créer la surprise et au fur et à mesure de mes ressentis du moment aux réponses de son corps.

Baiser évoque pour moi l’intensité et la puissance d’un amour profond.

 

Faire l’amour.

Sur cette définition, nous sommes d’accord … enfin …. presque ! 😉

Nous préférons remplacer « faire l’amour » par « honorer l’amour « , car nous considérons que nous faisons et construisons notre amour à chaque instant et pas seulement pendant nos rencontres charnelles !

Honorer l’amour nous procure un sentiment d’amour total, d’union sacrée, de confiance, d’attention réciproque, de respect, d’abandon au plaisir et aux orgasmes.

C’est une communion des cœurs et des corps. C’est démultiplier tous nos sens, ressentir tout notre corps avec intensité.

C’est vivre le moment présent à fond (et au fond ;-)) !

Pour nous, honorer l’amour n’est pas une mécanique automatique et répétitive mais plutôt l’expression libre et créative de notre amour et de notre désir d’union.

Nous pouvons exprimer notre amour de manière très différentes, grâce notamment aux variations de rythme, de douceur, d’intensité, de profondeur, de tendresse, de sauvage, des gestes, des mots, des positions, des regards…

Tout cela fait qu’il n’y a pas deux fois identiques !

 

Au final : baiser ou (faire) honorer l’amour ?

Une fois que j’ai entendu la définition de mon compagnon, Vincent, j’ai tout de suite compris que ma définition de « baiser » ne correspondait pas du tout à ce qu’il voulait me dire !

En connaissant sa définition, j’ai pu au fil des jours reprogrammer ma définition par la sienne.

Maintenant, lorsqu’il me dit : « j’aime te baiser », je me sens désirée et aimée autant que lorsqu’il me dit : « j’aime te faire l’amour ».

Alors baiser ou faire l’amour ? Tout est une question de définition !

Le plus important, c’est d’être ok sur le sens afin d’avoir la même vision ou du moins de comprendre celle de l’autre pour ne pas le vivre mal à chaque fois !

Conclusion pour nous : baiser et (faire) honorer l’amour sont aussi important l’un que l’autre, car ils se fondent et s’entremêlent l’un en l’autre !

 

Et vous, quel(s) terme(s) utilisez-vous pour parler de vos rencontres sexuelles ?

Nous vous invitons à réagir et nous partager vos avis dans les commentaires ci-dessous.

 

crédit photo :  Studio Trebuchet

 

Recherches utilisées pour trouver cet articlej aime baiser avec toi,couple baise sauvage,Jadore baiser

A propos de Aurélie & Vincent

Nous sommes passionnés de développement personnel, de communication, de psychologie, de sexualité et de sensualité. Nous souhaitons transmettre aux couples tout le potentiel qu'ils ont de se développer ensemble. Pour cela nous mobilisons tous nos savoirs, savoir-faire et savoir-être de coachs et de thérapeutes pour contribuer à faciliter la vie de couple au quotidien.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Baiser ou faire l’Amour ? Notre expérience…

  • Philippe

    Bonjour,
    pour moi « baiser » a toujours eu une connotation négative …
    Adolescent j’étais trop respectueux de la femme pour parler de « baise »…
    Donc avec ma partenaire nous disons plutôt « faire l’amour » dans le sens effectivement d’honorer notre amour, de le manifester physiquement (communion).
    Merci pour cet article,
    Bravo !
    Philippe